oscars 2020


quatre statuettes – et non des moindres, film, réalisateur, scénario original et film international – pour parasite, du sud-coréen bong joon-ho, c’est une surprise d’autant plus grande (quoique, il était déjà palme d’or à cannes l’an dernier) que c’est…

Lire la suite « oscars 2020 »

oscar 2019: le palmarès


une cérémonie sans maître de cérémonie. une première dans l’histoire des premières. le job avait été proposé à kevin hart, comédien et humoriste figurant parmi les 100 personnalités les plus influentes du monde selon le magazine forbes (2015). mais, des internautes… Lire la suite « oscar 2019: le palmarès »

césar 2019: le palmarès

il s’attendait à une pluie de récompenses avec ses dix nominations, il est reparti avec un seul petit prix, et pas forcément le plus prestigieux. grosse claque, donc, pour gilles-je-ris-toujours-très-fort-pour-bien-montrer-que-je-suis-cool-lellouche et son grand bain que l’académie a décidément boudés. en revanche, fidèle à lui-même,… Lire la suite « césar 2019: le palmarès »

césar 2018: le palmarès


comme chaque année à pareille époque – cette année c’était le 2 mars -, la profession s’est auto-récompensée à la salle pleyel à paris. et comme chaque année, quelques films ont tenu le haut du pavé. la cuvée 2018, ils ont été quatre à sortir du lot et à rafler toutes les statuettes ou presque: …

Lire la suite « césar 2018: le palmarès »

cannes 2016: le palmarès

cannes 2016 - affiche
festival « différent » des autres en ceci qu’il récompense des films que le public n’a pas encore vus, cannes fêtait cette année sa 69e édition. et son palmarès aura eu le mérite de se mettre toute la critique à dos. « frileux » pour les uns, « inégal » pour les autres, il a de toute évidence privilégié les films contestataires ou militants et apparemment négligé…

Lire la suite « cannes 2016: le palmarès »

oscars: palmarès 2016

oscar-winners-list

résumé de la 88e distribution des prix présentée par chris rock et qui s’est déroulée pas plus tard qu’hier soir au dolby theater de los angeles. fallait-il boycotter la cérémonie à la suite de la polémique sur l’absence des nominations d’acteurs et d’actrices noirs? toute la question est de savoir…

Lire la suite « oscars: palmarès 2016 »

césar: palmarès 2016

césar 2016
vendredi 26 février au soir au théâtre du châtelet, à paris, tous les métiers du cinéma étaient réunis pour se congratuler et consacrer les meilleurs parmi les meilleurs. beau palmarès pour mustang, un premier film, qui repart avec 4 petites sculptures et pour fatima qui repart avec 3 récompenses. vincent lindon est…

Lire la suite « césar: palmarès 2016 »

oscars 2014: le palmarès


l’autre événement de ce week-end, après la 39ème cérémonie des césar, vendredi à paris, était la 86ème cérémonie des oscar, dimanche soir dans la cité des anges, animée par la célèbre (outre-atlantique) présentatrice ellen de generes, qui fit parler d’elle en son temps pour son homosexualité affichée, déclarée et assumée. bénéficiant d’une immense popularité, et donc d’un très gros capital sympathie, elle a rendu la salle hilare dès les 10 premières secondes. le ton était un peu différent et la « qualité de la drôlerie » s’est maintenue jusqu’à la fin. l’humour était fin et très bien senti, et les gags très surprenants pour un événement de cet acabit. exemple: ces pizzas, qu’elle a commandées en direct pour les gens qui n’avaient pas mangé avant la cérémonie (leur demandant même de payer le livreur de pizzas (mdr) car elle n’avait pas d’argent sur elle), les selfies avec les stars qu’elle a faits avec son samsung (sponsor de la soirée, comme par hasard) et qui ont été retwittés jusqu’à 2 millions de fois. exeunt donc les dérapages incontrôlés de ricky gervais en 2011 (qui a d’ailleurs été effacé de la liste des maîtres de cérémonie et dont on n’entend plus parler depuis). là aussi, comme à paris, le palmarès a réservé quelques surprises. en effet, si le splendide gravity d’alfonso cuarón était nommé dans 10 catégories (et qu’il s’est imposé dans 7, même si sandra bullock aurait bien mérité la récompense suprême), american bluff de david o. russell, lui aussi cité 10 fois, est par contre rentré bredouille (eh non jennifer, le doublé, ce sera pour une prochaine fois). je suis très content que cate blanchett ait obtenu la statuette, c’est une actrice magnifique et sa performance dans blue jasmine emporte le film dans vers des sommets insoupçonnés (même de woody allen). voici donc le palmarès…

Lire la suite « oscars 2014: le palmarès »

césar 2014: le palmarès

 

César 2014

samedi soir, le président françois cluzet a fait un discours d'ouverture sur la sincérité, la loyauté et l'honneteté. même si c'est devenu un leitmotiv dans ses interviews, il n'est jamais mauvais de le rappeler, surtout je pense dans un milieu comme le cinéma. la maîtresse de cérémonie cécile de france a apporté un vent de fraîcheur, avec un ton décontracté, malgré un stress perceptible dans sa voix, en plus d'une très légère pointe d'accent belge, surtout sur le mot "césar" (très sympa d'ailleurs) et une chorégraphie introductive très hollywoodienne. je me rappelle m'être dit que, pour une fois, c'était bien. et, tout de suite après, avoir regretté que "c'était bien parce que ça ressemblait à une comédie musicale à l'américaine" (avec la chanson new york new york en fond). la musique des demoiselles de cherbourg eût-elle été plus ringarde? sûrement pas. mais voilà, le complexe gaulois est toujours là. il serait peut-être temps d'arrêter avec l'autoflagellation.

or donc, pas de grosses surprises dans ce palmarès, les favoris ayant tout raflé ou presque… attention, présentation dans l'ordre chronologique (eh oui, il va vous falloir scroller :O))…

Lire la suite « césar 2014: le palmarès »

palmarès des golden globes 2014


attribués par la hollywood foreign press association et antichambre des oscar (dont la 86ème édition est prévue le 2 mars prochain), les golden globes, dont la cérémonie a eu lieu dimanche soir, ont fait, comme d’habitude, des heureux et des déçus, certains triomphants (breaking bad, dicaprio, lawrence) et d’autres bredouille (la vie d’adèle). la suite dans un peu plus d’un mois et demi…

Lire la suite « palmarès des golden globes 2014 »

les oscars: l’essentiel du palmarès

Oscar (statuette)

deux petits jours seulement après la bien terne (what's new?) cérémonie des césar, les plus flamboyants oscars ont confirmé ce qui était pressenti aux golden globes. au niveau du palmarès, s'entend, parce que côté présentateurs, c'était très très gentillet, james franco et ann hathaway se montrant très timides. ils ont sûrement dû être briefés pour ne pas répéter la performance de ricky gervais aux golden globes… on a quand même regretté billy cristal et hugh jackman

meilleure actrice

natalie portman dans black swan

nommées
annette bening dans tout va bien, the kids are all right
nicole kidman dans rabbit hole
jennifer lawrence dans winter's bone
michelle williams dans blue valentine

Lire la suite « les oscars: l’essentiel du palmarès »

les césar: l’essentiel du palmarès

Les césar

meilleure actrice
sarah forestier pour le nom des gens

nommées
isabelle carré pour les émotifs anonymes
catherine deneuve pour potiche
charlotte gainsbourg pour l'arbre
kristin scott thomas pour elle s'appelait sarah

meilleur acteur
éric elmosnino pour serge gainsbourg (une vie héroïque)

nommés
gérard depardieu pour mammuth
romain duris pour l'arnacoeur
jacques gamblin pour le nom des gens
lambert wilson pour des hommes et des dieux

meilleure actrice dans un second rôle
anne alvaro pour le bruit des glaçons

nommées
laetitia casta pour serge gainsbourg (une vie héroique)
valérie bonneton pour les petits mouchoirs
julie ferrier pour l'arnacoeur
karine viard dans potiche

meilleur acteur dan sun second rôle
michael lonsdale pour des hommes et des dieux

nommés
niels arestrup pour l'homme qui voulait vivre sa vie
françois damiens pour l'arnacoeur
gilles lellouche pour les petits mouchoirs
olivier rabourdin pour des hommes et des dieux

meilleure espoir féminin
leïla bekhti pour tout ce qui brille

nommées
audrey lami pour tout ce qui brille
yahima torres pour vénus noire
anais desmoustier pour d'amour et d'eau fraîche
léa seydoux pour belle épine

meilleur espoir masculin
edgar ramirez pour carlos

nommés
pio marmai pour d'amour et d'eau fraiche
arthur dupont pour bus palladium
raphael personnaz pour la princesse de montpensier
grégoire leprince ringuet pour la princesse de montpensier

meilleur film
des hommes et des dieux de xavier beauvois

nommés
l'arnacoeur de pascal chaumeil
le nom des gens
de michel leclerc
the ghost writer
de roman polanski
tournée
de mathieu amalric
serge gainsbourg (une vie héroique) de joan sfar
mammuth de benoit delepine et gustave kervern

meilleur réalisateur
roman polanski pour ghost writer

nommés
mathieu amalric pour tournée
olivier assayas pour carlos
xavier beauvois pour des hommes et des dieux
bertrand blier pour le bruit des glaçons

meilleur scénario original
baya kasmi et michel leclerc pour le nom des gens

nommés
mathieu amalric, marcello novais teles et philippe di folco pour tournée
bertrand blier pour Le Bruit des glaçons
xavier beauvois pour Des Hommes et des Dieux
gustave kervern pour Mammuth

meilleur premier film
serge gainsbourg (une vie héroïque) de joan sfar

nommés
simon werner a disparu de fabrice gobert
l'arnacoeur
de pascal chaumeil
tout ce qui brille de géraldine nakache
tête de turc de pascal elbé

meilleur film étranger
the social network de david fincher (états-unis)

nommés
inception de christopher nolan (états-unis) 
invictus
de clint eastwood (états-unis)
bright star
de jane campion (nouvelle-zélande)
les amours imaginaires de xavier dolan (quebec)
dans ses yeux de juan jose campanella (argentine)
illégal d'olivier masset depasse (belgique)

meilleur film d'animation
l'illusionniste de sylvain chomet

nommés
arthur 3: la guerre des deux mondes de Luc Besson
l'homme à la gordini
de jean-christophe lie
logorama de h5
une vie de chat de jean-loup de felicioli

mon (traditionnel) palmarès ciné 2009 (je sais, il serait temps…)

1. l'étrange histoire de benjamin button – un homme naît vieux et vit sa vie à rebours. un très beau film plein de poésie et de tendresse pour parler de la difficulté à vivre sa différence. personnages magnifiques et histoire passionnante. sans parler de la sobriété spectaculaire des effets.

2. avatar – sur la planète pandora, des hommes en quête d'une nouvelle source énergétique pour sauver la terre s'appliquent à détruire l'héritage des autochtones. un soldat chargé de les espionner va se révéler leur héros. magnifique, dans le message et la manière de le véhiculer, mais américain et prévisible.

Lire la suite « mon (traditionnel) palmarès ciné 2009 (je sais, il serait temps…) »

cannes 2009: les films en compèt’ et leur réalisateur.

troisième événement le plus médiatisé de la planète, après les jeux olympiques et la coupe du monde de foot, cannes 62ème a commencé mercredi, on en entend suffisamment parler comme ça. on sait vaguement que 20 films concourent jusqu'au 24 mai. mais sait-on pour autant lesquels et quels en sont les réalisateurs? panorama express d'une compétition où il y a du lourd et du plutôt bizarre…

bon, LÀ-HAUT (up), dernier-né des studios pixar présenté en ouverture du festival, est donc hors-compèt.

ÉTREINTES BRISÉES (los abrazos rotos) de pedro almodòvar (espagne), avec penélope cruz. après un terrible accident de voiture, un homme devenu aveugle fait tout pour oublier son passé. après quatre participations sans palme, almodòvar a déclaré que s'il ne la remportait pas cette fois, il ne viendrait plus jamais. non mais, c'est qu'on ferait du vilain chantage! >>sortie 20 mai 2009<<

FISH TANK, d'andrea arnold (royaume-uni), avec katie jarvis. une adolescente à problèmes voit sa vie bouleversée à l'arrivée du nouveau petit ami de sa mère. peu connue (de moi surtout ;O)), cette réalisatrice britannique née en 1961 est active depuis environ 10 ans en tant que réalisatrice, actrice et scénariste. elle a obtenu l'oscar du meilleur court-métrage en 2003 avec wasp. >>sortie 7 octobre 2009<<

UN PROPHÈTE, de jacques audiard (france), avec tahar rahim. condamné à 6 ans de prison, malik, 18 ans, va se tailler une réputation de caïd. cinquième long-métrage du fils de michel audiard, après regarde les hommes tomber (1994), un héros très discret (1996), sur mes lèvres (2001) et de battre mon coeur s'est arrêté (2005). moi je suis super-fan. >>sortie 26 août 2009<<

Lire la suite « cannes 2009: les films en compèt’ et leur réalisateur. »

mon palmarès ciné 2008

2008 aura été une année riche en sorties prometteuses mais dont beaucoup se sont révélées somme toute assez décevantes. j'ai recensé un score plutôt modeste de 25 films vus en salle (sans compter les dévédés). passons rapidement sur les foutages de gueule comme rec ou x-files: régénération, les déceptions comme sweeney todd ou burn after reading, voire grosses déceptions comme indiana jones 4, phénomènes ou max payne, les ratages en règle comme la momie 3, quantum of solace ou le jour où la terre s'arrêta, et enfin les "oui mais…" comme eagle eye, bienvenue chez les ch'tis, get smart, kung fu panda, aliens vs predator 2: requiem ou largo winch, pour nous concentrer sur un palmarès un chouïa plus compact et qui le mérite, à mes yeux, davantage…

n°10: babylon a.d. (mathieu kassovitz) – adaptation ambitieuse car jamais évidente dès lors qu'il s'agit d'un roman de maurice dantec (babylon babies, en l'occurrence), ce film presque méprisé par kassovitz est pourtant maîtrisé de bout en bout avec un vin diesel toujours égal à lui-même, c'est-à-dire royal.

n°9: be kind rewind (michel gondry) – petit film "à la gondry", fait avec peu de moyens, mais où l'idée est le moteur de tout et où l'humanité devient poésie. génial, même si la seconde partie retombe un peu.

n°8: the dark knight (christopher nolan) – deuxième opus du "nouveau" batman façon nolan/bale. nouveau car tout l'est: la ville (gotham city ressemble désormais à chicago), la copine de batman (qui ressemble plus à maggie gyllenhaal qu'à katie holmes), la nuit (qui n'occupe plus une place prépondérante dans les scènes-clés), et même le titre qui, pour la première fois, ne contient pas le mot batman. déroutant mais intéressant, avec un regretté heath ledger magistral…

Lire la suite « mon palmarès ciné 2008 »

mon palmarès ciné 2007

les débuts d'années se prêtant à merveille à l'exercice des bilans, voici donc mon modeste palmarès cinéma pour 2007. il ne comprend que 15 films, en tout et pour tout (ce qui ne veut pas dire que je n'aie vu que ces films-là, merci les dvd). un top 15 qui reflète somme toute un goût clairement orienté vers le divertissement.

n°15: PIRATE DES CARAÏBES 3 – j'ai dormi grave, au sens propre du terme. en plus, n'ayant pas vu le 2e épisode, je n'ai, mais genre, rien compris. ce film mérite tout de même une mention spéciale car il se classe parmi les 4 ou 5 films qui m'ont poussé vers la sortie du cinéma (avant la fin, s'entend). vous rigolez, mais dans une carrière de cinéphile, ça compte…
n°14: MICHAEL CLAYTON – voilà un film que je me réjouissais de voir. un avocat (clooney), pourtant habitué à arranger de sales affaires (ou des affaires sales), décide de faire éclater au grand jour la vérité sur un dossier douteux. résultat: icc (intello, compliqué, chiant). je me suis endormi… malgré tout, mon amour pour clooney, qui s'est récemment proposé comme médiateur dans le conflit qui oppose scénaristes et studios, n'en est pas sorti amoindri…
n°13: TRANSFORMERS – celui-là est à cette place non pas parce qu'il est mauvais (et même ça, je n'en sais rien), mais parce que je suis incapable d'en parler: j'ai dormi tout le long! j'ai pourtant fait des efforts pour garder les yeux ouverts et je me réjouissais vraiment de le voir, mais rien à faire, un coup de barre tenace et persistant ne m'a laissé en voir que 10 minutes à tout casser, si j'ose dire…

pour l'instant, vous pourriez me dire que j'ai passé mon temps à dormir dans les salles en 2007. pour l'instant, vous n'auriez pas tort…

Lire la suite « mon palmarès ciné 2007 »