hommage: patrick poivey


il était le bruce willis français attitré, le tom cruise hexagonal, grâce à lui mickey rourke, kevin costner, jeff daniels, kenneth branagh, bill murray, james belushi et don johnson parlaient couramment la langue de molière. on l’entendait partout, dans les pubs qui passaient à la télé comme à la radio. c’était un incontournable du doublage. il faisait partie de…

… notre petit paysage audiovisuel perso depuis tant d’années.

mais voilà.

ce matin, les hommages pleuvent et la profession est orpheline. comme nous. un méchant yipikaïyé de mother fucking AVC l’a empêché d’accompagner les aventures de « ses » héros et l’a obligé à tirer sa révérence un peu plus tôt qu’eux. alors à votre tour, messieurs les comédiens américains, de tirer votre chapeau à cet artiste vocal (mais pas seulement, il était comédien avant tout) qui a tant contribué à vous faire aimer de nos oreilles francophones, à nous faire sourire au simple son de sa voix, même quand il apparaissait sur fun radio ou alouette FM pour accompagner un jingle ou nous vendre un contrat d’assurance.

bien sûr, il n’était pas le seul, jacques frantz (mel gibson, john goodman et robert de niro), benoît allemane (morgan freeman, uncle ben’s et le père noël), frédérique tirmont (emma thompson, meryl streep et sigourney weaver), rafaèle moutier (charlize theron, julianne moore et catherine zeta-jones) et tant d’autres composent depuis des lustres un tapis auditif confortable qui participe du (grand) plaisir que l’on éprouve à se blottir sur son canapé ou dans un fauteuil de cinéma pour s’évader, l’espace de 90 minutes.

n’empêche, il nous manquera…