le cas richard jewell


réal. clint eastwood, scénario billy ray, d’après l’oeuvre de marie brenner, int. paul walter hauser, kathy bates, sam rockwell, jon hamm, olivia wilde, nina arianda. 2020, 129′. 3 pouces

le synopsis
1996, richard jewell (hauser) fait partie de l’équipe chargée de la sécurité des jeux d’atlanta. il est le premier à suspecter l’existence d’une…

… bombe artisanale sur les lieux d’un concert, et à alerter ses collègues. la bombe explose mais fait moins de victimes grâce à son intervention. il devient un héros du jour au lendemain. mais très vite, il est lui-même soupçonné…

l’avis
on a envie de lui foutre des claques, à ce type adipeux, cet américain moyen amoureux des armes, ce mec totalement mou dont le rêve absolu est de faire partie des forces de l’ordre. le terroriste idéal aux yeux du fbi, coupable tout désigné à ceux de l’amérique entière.

si le film est un peu à l’image de son personnage (clint, you’ve known better days), il montre le mécanisme qui fait passer un homme du statut de héros national à celui d’ennemi public numéro un. d’un côté le soupçon, porté pourtant par des collègues toujours prompts à la moquerie et au sarcasme, vite relayé par une journaliste arriviste et repris par des autorités en manque de preuves. de l’autre, un homme qui se défend mollement, accumulant les erreurs et tombant dans les pièges tendus par le fbi, heureusement défendu par un avocat pitbull (rockwell) qui réussira (attention spoiler!!!!!!!!!) à le disculper.

histoire vraie, donc, mais vague déception à la sortie de la projection…