fleuve noir


réal. erick zonca, scénariste erick zonca, lou de fanget signolet, d’après l’oeuvre de dror mishani, int. vincent cassel, romain duris, sandrine kiberlain, élodie bouchez, charles berling. 2018, 114′. 2,5 pouces

le synopsis
un adolescent disparaît, un flic usé (cassel) est mis sur l’affaire. le voisin et professeur du disparu (duris) propose ses services au policier. sous ses airs…

… de « type bien », le type est louche. mais bien moins que la réalité…

l’avis
on croit reconnaître, ce qui est réjouissant au début, un certain polar à la française, avec ses ambiances glauques, ses personnages à la dérive et ses dénouements à gerber. le film, cependant, ne tient pas toutes ses promesses. est-ce dû au cabotinage des deux acteurs principaux – l’un dans l’excès, l’autre dans la retenue -, à la mise en scène un tantinet convenue, ou à l’intrigue « tout ça pour ça »? sans doute les trois à la fois. un daniel auteuil, par exemple, eût peut-être constitué un choix plus juste (cf. mr73).

cassel serait bien dans son rôle de flic alcoolique et multifêlé s’il ne se montrait nu – le bel homme assez musclé que l’on découvre alors, au détour de plans plus intimes, où la caméra le surprend à ressasser, chez lui, le soir venu, sa vie et ses erreurs passées, ne cadre pas du tout avec la dégaine de travers qu’il tente de rendre crédible – et s’il ne cabotinait pas un peu trop – son cheveu gras et son allure repoussante qu’il trimballe avec son imper à la columbo (et pourquoi cette démarche?), essayant de nous faire croire à son personnage « d’homme blessé en manque d’amour ». du coup, pour le reste du film, on ne peut s’empêcher de se dire qu’il joue, voire surjoue. dommage.

duris fait son duris, à l’aise comme à l’accoutumée dans son rôle ambigu de type « propre sur lui » qui recèle une personnalité inquiétante toute de fantasmes inassouvis. une retenue qui, pour le coup, jette une lumière crue sur l’excès de son partenaire.

kiberlain a déclaré n’avoir pas été heureuse sur le tournage. et ça se voit. son personnage de mère à la fois dépassée par les événements, coincée par ses obligations envers sa fille lourdement handicapée et complice de l’inommable est plutôt bien.

à voir comme une curiosité…