thor: ragnarok


réal. taiki waititi, scénario eric pearson, d’après l’oeuvre de stan lee, int. chris hemsworth, tom hiddleston, cate blanchett, idris elba, jeff goldblum, tessa thompson, mark ruffalo, karl urban, anthony hopkins, benedict cumberbatch. 2017, 131′. 3,5 pouces

le synopsis
privé de son marteau et retenu prisonnier sur une planète aux confins de l’univers, thor (hemsworth) doit sauver asgard de sa…

… soeur hela (blanchett), déesse de la mort, qui a juré d’accomplir ragnarok, la destruction de son monde et l’anéantissement de la civilisation asgardienne.

l’avis
eh oui, sans être un fan de la première heure (ni de la deuxième, d’ailleurs), je me les farcis tous en ce moment, histoire de ne pas être largué au prochain épisode. car ils sont forts, les loustics, pour croiser les histoires et entremêler les personnages. alors qu’avons-nous ici…?

un marvel sous l’angle (vraiment) comique. la première partie du film surprend par son humour, au point qu’on en vient à se demander s’il ne s’agit pas d’un pastiche. bon, dans la première partie. car la seconde est moins drôle. en effet, la soeur de thor, hela, a juré l’anéantissement d’asgard. du coup, thor tue et hela est là. le thor aux cheveux courts distribue des mandales et hela méconnaissable en cate blanchett les renvoie sans sourciller. entre eux deux, les sbires morflent et les dommages collatéralisent. du marvel comme on aime à en avaler autant que du pop corn, même si, au fond, c’est pas super-intéressant. goldblum n’est jamais aussi jubilatif que quand il déconne et le rasage crânien et tatoué sied bien à urban.

intello s’abstenir, donc, ou alors pour tout débrancher… pour les autres, grande (ré)jouissance annihilo-neuronale!