avengers – infinity war


réal. joe & anthony russo, scénario christopher markus, stephen mcfeely, int. robert downey jr., chris hemsworth, chris evans, mark ruffalo, scarlett johansson, benedict cumberbatch, don cheadle, anthony mckie, chadwick boseman, josh brolin, zoe saldana, tom holland, chris pratt, paul bettany, elizabeth olson, dave bautista, gwyneth paltrow. 2018, 156′. 3,5 pouces

le synopsis
après avoir anéanti asgard, planète de thor (hemsworth), thanos (brolin) veut réunir les six pierres d’infinité (pouvoir, espace, temps, esprit, réalité et âme) sur son gant de l’infini. ainsi armé, il sera en mesure de…

… détruire la moitié de l’univers et rétablir un certain équilibre. les avengers se liguent alors avec le docteur strange, spider-man, les gardiens de la galaxie et le peuple du wakanda (black panther) pour tenter de l’en empêcher.

l’avis
la difficulté de ce genre de chronique est que je ne dois pas trop en révéler pour ne pas décourager le lecteur d’aller voir le film.

ah vous n’irez pas le voir? et personne ne lit mes chroniques de toute manière? bon, je peux écrire ce que je veux, alors…

donc la merde. et l’hécatombe.

la merde car les avengers, les gardiens de la galaxie, dr strange, les black panthers, et j’en passe (non, il n’y aura ni wonder woman ni superman ni batman, ni league of justice, tous personnages de dc comics, ne mélangeons pas les torchons et les serviettes) vont, et c’est une première, se révéler impuissants face au despote thanos, décidément de plus en plus fort.

l’hécatombe car il réussit à en éliminer beaucoup, en les faisant disparaître en poussière (effets superbes) les uns après les autres. le suspense reste entier à la toute fin (après le générique final) car même maria hill et nick fury disparaissent, ce dernier réussissant in extremis à envoyer un message auquel le logo de captain marvel répond. il faut le savoir, captain marvel est le pseudo de plusieurs personnages (quatre hommes et trois femmes) dont les aventures ont été publiées dès 1967. rendez-vous donc au prochain épisode.

on n’est donc pas inquiet, d’une part parce qu’il reste quelques-uns de nos super-héros, et non des moindres (ironman, hulk ou black widow pour ne pas les citer, je les ai cités?), et d’autre part parce que, les scénaristes n’étant jamais à court d’idées, on peut imaginer que, à un moment donné, la pierre du temps va permettre d’inverser le cours des choses ou que les captain marvel vont botter les fesses de notre ennemi thanos.

en attendant, si vous aimez ce genre de cinéma, vous en aurez pour votre argent. les spécialistes d’effets spéciaux, quel que soit le film d’ailleurs, maîtrisent tellement leurs outils que les résultats sont toujours plus spectaculaires.

avengers: infinity war se laisse regarder avec autant de plaisir que les autres épisodes de la franchise et, qu’on se rassure, marvel n’est pas près de tuer la poule aux oeufs d’or.