la momie


réal. alex kurtzman, scénario david koepp, christopher mcquarrie, dylan kussman, int. tom cruise, sofia boutella, annabelle wallis, russell crowe, jake johnson, courtney b. vance. 2017, 101′. 3 pouces

le synopsis
tomb raider en reconnaissance en irak, nick morton (cruise) parvient à trouver, à la faveur d’un bombardement, la tombe d’une princesse de l’égypte ancienne…

… enterrée là pour ne jamais être trouvée. revenue d’entre les morts, elle entend bien semer le chaos dans notre monde.

l’avis
question scénario, le film se tient de bout en bout. et pour cause: 1. l’argument n’est pas des plus compliqués et 2. il compte, tant à la réalisation qu’à l’écriture, trois des scénaristes les plus doués et les plus prolifiques d’hollywood: kurtzmanstar trek, mission impossible, the amazing spider-man, transformers, sleepy hollow… – mcquarrieusual suspects, jack reacher, underworld, the edge of tomorrow… – koeppjurassic park, snake eyes, hypnose, panic room, la guerre des mondes, indiana jones 4… donc pas des minables.

côté effets, rien à dire non plus. la momie remplit bien son quota de tête apparaissant dans les tempêtes de sables, de pupilles qui se dédoublent pour bien montrer ses pouvoirs d’un autre monde et de chaos urbain à chacune de ses sorties. d’autant que son interprète, la très fit sofia boutella, prête son physique de danseuse à une momie qui, comme le veut la tradition (cinématographique), revient à la vie en aspirant celle de ses victimes.

à part ça, cruise n’est… comment dire… pas vraiment à sa place dans cette histoire. il fait immanquablement penser à jack reacher et ethan hunt, l’un ancien militaire charismatique, l’autre agent secret aux abois, tous les deux hyper-entraînés. or ici, le personnage qu’il incarne, qui n’est ni l’un ni l’autre, sonne un peu faux. est-ce parce qu’il est trop proche de ses personnages précédents sans en avoir le caractère? à vouloir trop faire de cruise un héros d’action – ce qui lui va bien mais certaines scènes sont copiées-collées de mission impossible, comme celle où il court pour échapper à une explosion – on finit de confondre les personnages et c’est un peu dommage.

sofia boutella, l’alien de star trek sans limites, prend ici du galon en momie sexy et vénéneuse. et c’est très bien. elle ira loin, cette petite frenchie que le tout hollywood s’arrache.

en résumé, cette cuvée n’est de loin pas mauvaise – la fin contient un twist bienvenu qui, et c’était à prévoir, appelle une suite -, mais je reste attaché à la version de 1999, avec brendan fraser et rachel weisz, qui possédait un charme fou, avec ses reconstitutions des années 30 et son humour british. mais c’est un avis qui n’engage que moi…