hommage: john hurt

john-hurt
1979. même s’il travaille depuis 17 ans déjà, le monde entier découvre avec effroi un acteur un peu chétif dans un choc cinématographique signé d’un metteur en scène quasi inconnu. john hurt est donc choisi par ridley scott pour incarner…

… la toute première victime de ce monstre qui va devenir instantément l’icône baveuse ultime de l’horreur sf. cette éventration surprise va insculper les esprits d’une empreinte indélébile et faire entrer le comédien britannique dans le gotha des acteurs qui comptent. dès lors, les rôles marquants vont se succéder, d’elephant man à harry potter, de midnight express à hercule, en passant par poucelina (voix), le parfum, indiana jones (4) et v pour vendetta. il fut tout et il ne fut rien, modelant sa silhouette au gré de ses rôles et prêtant son phrasé délicat à jarmusch, spielberg, frears, parker, peckinpah et consorts. on se souviendra de l’acteur aux mille visages pour sa filmographie riche et variée, bien sûr, mais aussi et surtout pour sa gentlemanitude et l’effacement spectaculaire dont il faisait preuve pour incarner des rôles parfois troubles. 77 ans, c’est bien trop jeune pour partir quand on a ce talent…