vaiana, la légende du bout du monde

vaiana
réal. john musker, ron clements, scénario jared bush, int. (voix originales) auli’i cravalho, dwayne johnson, alan tudik, jemaine clement, nicole scherzinger, temuera morrison, (voix françaises) cerise calixte, anthony kavanagh, mareva galanter, jean-luc guizonne. 2016, 107′. 3,5 pouces

le synopsis
fille du chef de sa communauté, vaiana a grandi en rêvant de partir découvrir le vaste monde. devenue…

… adolescente, elle va accomplir la quête inachevée de ses ancêtres et sauver son peuple…

l’avis
disons-le tout de go, l’image est époustouflante de réalisme (ce qui vaut au film le ,5 de la note susmentionnée). à chaque fois, on se dit qu’ils ne pourront pas faire mieux. mais si, et à chaque fois en plus. l’océan, par exemple. l’eau est sans doute, avec les cheveux humains et les poils d’animaux, la peau et les mouvements du visage (voir tron l’héritage avec un jeff bridges jeune, ou rogue one, avec un peter cushing ressuscité), la chose la plus difficile à rendre en images de synthèse. ici, élément central de l’histoire et amie de vaiana, elle est tellement bluffante qu’on croirait des images réelles. il n’en est rien. tout a été créé par ordinateur. même chose pour les cendres nées de la colère de la déesse maudite.

côté scénario, par contre, rien de neuf sous les étoiles polynésiennes: le voyage initiatique façon « va jusqu’au bout de tes rêves ». on pense aux croods et à la jeune eep, qui rêvait de sortir de sa caverne. donc on ne prend pas les mêmes mais on recommence.

côté sidekicks, comme on dit dans les milieux motorisés, vaiana est affublée d’un cochon-trop-mignon et d’un poulet tellement débile (à vrai dire le plus con de tous les sidekicks disney) qu’on se demande bien pourquoi il accompagne l’adolescente dans son aventure. car, au-delà d’apporter une touche d’humour, le rôle d’un sidekick est d’aider le héros à accomplir sa mission. en termes scénaristiques, on appelle ça un adjuvant. mais là, à part faire sourire tellement il est débile, il ne sert strictement à rien. sidekick 2.0, sans doute, c’est-à-dire gratuit. dans la version originale, vaiana s’appelle en fait moana, mais le nom a dû être modifié notamment en italie où moana (pozzi) était (elle est décédée en 1994) une star du porno. venant des studios disney, cela eût fait mauvais genre, même si cela fait belle lurette que la miss is no more. du coup, les pays francophones ont suivi, probablement pour éviter la caco. la voix originale de vaiana est assurée par une adolescente de 15 ans qui n’avait jamais fait de doublage auparavant et la voix française de maui par anthony kavanagh qu’on ne reconnaît absolument pas, comme souvent dans les films d’animation (vous saviez que shrek était doublé par alain chabat ou horton l’éléphant par dany boon?)

voilà, si vous êtes de celles (au hasard, adolescentes) qui adoooorent les phrases à la con, euh à la mode, du type « ne lâche rien », ou que vous voulez simplement passer un bon moment, courez voir ce film.