jack reacher – never go back

jack-reacher-never-go-back

réal. edward zwick, scénario marshall herskovitz, richard wenk, edward zwick, int. tom cruise, cobie smulders, patrick heusinger, robert knepper, aldis hodge, danika yarosh, holt mccallany. 2016, 119′. 2,5 pouces

le synopsis
le major susan turner (smulders) a succédé à jack reacher (cruise) à la tête de son ancienne unité. elle est…

… accusée de trahison et reacher va tout faire pour découvrir la vérité…

l’avis
cette histoire adaptée du 18e tome des aventures de notre ancien major préféré n’est curieusement pas la plus intéressante. on pouvait adapter, oh, bien des romans en somme – sans douceur excessive, 61 heures, elle savait, et le tout premier du fond de l’abîme – qui eussent sans doute été plus mémorables en termes de substantifique moëlle. le scénario ici est en effet plus classique, un brin convenu et pour tout dire très linéaire. certes, reacher repart en croisade pour innocenter une collègue qui, pour être sexy, n’en est pas moins féroce au combat rapproché, mais il faut que la vérité éclate au grand jour: le précédent épisode était bien plus retors et malin que celui-ci.

j’aimerais beaucoup vous en dire davantage mais l’argument m’échappe, sans doute à cause de l’ennui qui m’a assailli durant la projection et surtout d’une déception d’autant plus grande que le métrage était attendu. ah si, reacher découvre qu’il a une fille (mais l’est-elle réellement?) et, comme d’habitude, il est poursuivi par un tueur féroce (mais pas autant que lui) envoyé par les vrais méchants de l’histoire dans le but de le faire taire (car reacher est souvent témoin et toujours gênant).

cela étant dit, rabattez-vous tout de même sur le premier (sobrement intitulé jack reacher) qui mérite une place dans votre vidéothèque, alors que celui-ci pas.