appaloosa

appaloosa
réal. ed harris, scénario robert knott, ed harris, int. ed harris, viggo mortensen, rené zellweger, jeremy irons, lance henriksen, rex linn. 2008, 115′. 3 pouces

le synopsis
la petite ville minière d’appaloosa vit sous la domination de randall bragg (irons) qui n’a pas hésité à tuer le shérif. pour mettre un terme au règne de la terreur, la…

… communauté fait appel à virgil cole (harris) et son adjoint everett hitch (mortensen), réputés pour avoir ramené la paix dans des villes qui ne respectaient plus rien…

l’avis
moins susceptible d’attirer le plus grand nombre, car moins spectaculaire qu’un block-buster estival, le western est un genre un peu désuet qui peine à convaincre les producteurs. appaloosa bénéficie d’un budget de 20 millions de dollars, ce qui représente de 5 à 10 fois moins que la somme allouée à des films à effets spéciaux genre terminator.

pour autant, appaloosa n’est pas un film d’auteur intimiste. c’est un bon western « tradition » avec un méchant (irons très bien comme toujours) qui sème la terreur et un bon qui fait régner l’ordre. en l’occurrence, un duo, ce qui est plutôt inhabituel. crédible, harris peine cependant un peu à se hisser à la hauteur d’un eastwood. il faut dire qu’eastwood a atteint la notoriété avec le western, tant à travers la série tv que le long métrage. mortensen est en revanche parfait avec sa barbichette façon buffalo bill, son pantalon rentré dans les bottes et sa pétoire rare (mais authentique) et meurtrière. l’arrivée d’une jolie veuve (zellweger) va mettre le duo à mal.

un scénario classique, des personnages bien écrits, un bon moment de cinéma nourri à la testostérone à l’ancienne.