invasion of the body snatchers

l'invasion des profanateurs de sépulture
réal. don siegel, scénario daniel mainwaring, int. kevin mccarthy, dana wynter, larry gates, whit bissell. 1956, 80′. 3,5 pouces

le synopsis
la petite ville de santa mira est victime d’une « hystérie collective »: certains prétendent que leurs proches ne sont plus…

… tout à fait les mêmes. le dr miles bennell (mccarthy) mène l’enquête…

l’avis
on a dit, c’est l’interprétation la plus courante, qu’invasion… s’inscrit dans la lignée de classiques comme la chose d’un autre monde (howard hawks, christian nyby, 1951) ou la guerre des mondes (byron haskin, 1953), dont l’arrivée sur terre d’extraterrestres agressifs symbolisait la menace communiste, née et entretenue avec la guerre froide et le maccarthysme. c’est pas faux. il faut se souvenir que l’époque était à la paranoïa et que le lynchage médiatique et social était monnaie courante pour tous ceux qui étaient soupçonnés.

perso, j’y ai vu un plaidoyer contre l’uniformisation et ses dangers, à savoir la pensée unique, voire la pensée étrangère (puisque les protagonistes soupçonnent les cosses de venir de l’espace) donc non-américaine, et en cela je rejoins la première interprétation, un plaidoyer contre la perte de l’individualité et de ce qui fait la richesse de l’être humain – les émotions et les sentiments -, mais aussi un plaidoyer contre la peur (la haine) de la différence. porteur d’un discours qui trouve, près de 60 ans plus tard, un formidable écho dans l’actualité, le film est traversé d’une terreur communicative face à une inexorable contagion. en cela, le personnage du dr bennell peut être vu comme le grand frère de david vincent, l’homme qui passe sa vie à essayer de convaincre ses contemporains que les envahisseurs sont là, qu’ils ont pris forme humaine, que le cauchemar a déjà commencé.

à noter que le grand sam peckinpah, qui signe les dialogues mais n’est pas crédité au générique, fait une brève apparition en chauffeur de taxi, exactement comme le fera don siegel dans le remake de philip kaufman 22 ans plus tard. à noter également ce drôle de titre français l’invasion des profanateurs de sépultures. sûrement le fait d’un gars qui n’a jamais vu le film, puisqu’il n’y est question ni de profanateurs ni de sépultures. mais il est vrai que l’invasion de ceux qui s’emparent des corps eût été moins vendeur.