poltergeist

poltergeist
réal. gil kenan, scénario david lindsay-abaire, int. sam rockwell, rosemary dewitt, jared harris, jane adams, kyle catlett, kennedi clements, saxon sharbino. 2015, 94′. 2,5 pouces

le synopsis
les bowen (rockwell et dewitt) ont à peine emménagé dans leur nouvelle maison…

… qu’ils se trouvent confrontés à des manifestations étranges. lorsque madison (clements), leur petite fille, disparaît, ils font appel au dr brooke powell (adams), spécialiste des phénomènes paranormaux.

l’avis
j’ai presque honte d’avouer que je suis allé voir ce film principalement pour lutter contre la canicule. aussi un peu pour voir ce film qui, à l’heure des reboots, prequels et autres sequels, a « juste » la prétention d’être un remake. pourquoi pas… mais j’y allais quand même surtout pour la clim’.

à quoi doit-on s’attendre lorsqu’on se trouve face à un remake? à un truc bien, qui « améliore » l’original en donnant à l’histoire un angle différent, ou à un truc inutile, qui se donne des airs de nouveauté mais fait regretter l’original. c’était le cas récent de jurassic world. c’est également le cas ici. avec en plus un casting 3 étoiles, jared harris et sam rockwell en tête, qui nous ont habitués à des productions plus ambitieuses et dont on se demande ce qu’ils sont venus faire dans cette série b, mais aussi rosemary dewitt et jane adams, qui sont peut-être plus habituées aux séries mais ne sont pas non plus de totales inconnues.

la question est: comment peut-on faire moins bien que l’original quand on en reprend l’essentiel des ingrédients? la télé comme moyen de communication avec la petite fille, les manifestations électriques, le clown qui prend vie, l’arbre qui s’empare du gosse, la voiture qui se renverse, la corde lancée dans le placard qui réapparaît par le plafond, la porte vers l’enfer. tout y est, avec en plus un détail inutile: le purgatoire peuplé d’âmes tourmentées par milliers dans lequel la fillette est coincée. et malgré tout cela, le film est (nettement) moins bon.

si ça, ce n’est pas un phénomène pas normal…

au final, rien de nouveau dans les ténèbres (même pas la 3d, qui n’apporte rien du tout). pas besoin de dépenser de l’argent pour ça: poltergeist édition 2015 est le genre de film qui se laissera regarder sur petit écran (s’il passe un jour). en attendant, revoyez l’original de 1982, il a un peu vieilli mais il est bien meilleur.

heureusement qu’il faisait bien frais dans cette salle… 🙂