the offence

the offence
réal. sidney lumet, scénario john hopkins, int. sean connery, trevor howard, ian bannen, vivien merchant. 1972, 116′. 3 pouces

le synopsis
le sergent johnson (connery) est flic depuis 20 ans. profondément marqué par les affaires dont il a eu à s’occuper, il arrête un pédophile présumé et…

… son mal-être se révèle au grand jour…

l’avis
film à part dans la filmo de lumet, the offence est davantage une étude de personnages qui s’articule autour de confrontations permanentes à huis clos, avec rapports de force à la clé, entre des groupes de deux protagonistes: flic-suspect, sergent-subordonné, sergent-supérieur, mari-épouse. situé dans l’angleterre déprimante de ce début des années 1970, le récit finit par brouiller les pistes au point de faire douter le spectateur de la santé mentale du personnage ou de son éventuelle culpabilité dans les affaires sur lesquelles il a enquêté. loin des paillettes et du rôle facile de james bond, connery livre une petite performance et montre qu’il sait jouer dans des rôles à contre-emploi. mais ce rôle de flic névrosé dans ce polar sombre a privé le film de sortie française en 1973 afin, a-t-on dit à l’époque, de ne pas casser l’image de monsieur connery, alors connu comme l’impeccable agent 007. stylistiquement daté, étouffant, dérangeant, the offence reste efficace…