outpost 37

outpost 37
réal. & scénario jabbar raisani, int. adrian paul, reily mcclendon, rick ravanello. 2014, 92′. 1,5 pouce

le synopsis
2032. la terre a été dévastée dix ans plus tôt par une invasion extraterrestre. les avant-postes que les hommes ont créés pour défendre…

… ce qui restait encore de l’humanité ont tous été détruits. sauf un: l’avant-poste 37…

l’avis
« rien ne les avait préparés à ce qu’ils vont découvrir », nous promet l’affiche. on se dit, en se frottant les mains, mais sans toutefois déborder de crédulité parce qu’on n’est pas né de la dernière pluie, qu’on va se faire un bon petit film fantastique, de monstres ou de science-fiction de derrière les fagots, sans grands moyens mais armé de grandes ambitions. en effet, les moyens manquent et ça se voit. le problème, c’est que ce manque de moyens, qui en soi n’est jamais vraiment un problème, déteint aussi sur les ambitions du réal/scénariste au prénom de créature de star wars. il a sans doute essayé de faire un truc bien mais s’est complètement planté. car son « décor » militariste chiant-chiant – une unité paumée dont les hommes passent leur temps à s’engueuler ou à se donner des ordres -, aurait pu (aurait dû) n’être qu’un prétexte, mais devient très vite l’argument principal du film. tout juste aperçoit-on en fin de course (et 92 minutes pour ça, c’est très long) un ou deux aliens fauchés, qui ressemblent davantage à des figurants dans des costumes. tout le budget de ce film sans intérêt a dû passer dans le vaisseau de la dernière séquence et dans son décollage même pas spectaculaire. au final, la lecture du synopsis satisfera davantage l’amateur du genre que le visionnage de sa traduction en images. circulez…