avant d’aller dormir

avant d'aller dormir
réal. & scénario rowan joffé, d’après le roman de s. j. watson, int. nicole kidman, colin firth, mark strong, anne-marie duff. 2014, 92′. 2,5 pouces

le synopsis
depuis son accident, christine (kidman) souffre d’une forme très rare d’amnésie. chaque matin, elle se réveille…

… aux côtés de ben (firth) en ne sachant ni qui il est ni qui elle est. toutes les informations qu’elle a pu accumuler pendant la journée disparaissent invariablement le lendemain. un médecin (strong) lui conseille de tenir un journal vidéo, pour tenter de se souvenir des choses importantes…

l’avis
petit thriller psychologique un peu mou sans grande prétention ni suspense autour d’une femme qui se fait manipuler par la mauvaise personne. est-ce son mari? est-ce son médecin? est-ce celui qu’on croit? c’est ce que vous saurez en regardant (ou pas) ce film dans votre canapé, car ce métrage ne vaut pas un cinoche. de vagues relents du barré, mais nettement mieux construit et plus paranoïaque memento des frères nolan.

ici, la mayonnaise ne prend pas vraiment. est-ce dû à la personnalité de kidman, qui n’est même pas jolie à poil de dos (mais pourquoi diable ce plan inutile?)? je crois surtout que c’est dû aux très nombreux pourquoi qui resteront, à jamais je le crains, sans parce que. des exemples? oh mais d’accord: qui est ce médecin et pourquoi la contacte-t-il? pourquoi la contacte-t-il sur son portable? pour que le mari « ne soit pas au courant »? c’est donc qu’il sait quelque chose? et s’il sait quelque chose, pourquoi attend-il la fin du film pour le dire? pourquoi le mari n’a pas donné signe de vie depuis tout ce temps? comment se fait-il que cette femme ne soit pas hospitalisée? pourquoi le mari n’a-t-il pas pris de ses nouvelles plus tôt? pourquoi réapparaît-il maintenant? etc.

bref: trop lacunaire, peut mieux faire.