non-stop

339936.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx
réal. jaume collet-serra, scénario john richardson, chris roach, ryan engle, int. liam neeson, julianne moore, scoot mcnairy, michelle dockery, cory stoll, linus roache. lupita nyong’o. 2014, 120′. 3 pouces

le synopsis
alors qu’il est en plein vol, bill marks (neeson), marchal de l’air, reçoit des sms…

lui ordonnant de verser 150 millions de dollars sur un compte avant 20 minutes, faute de quoi une personne mourra. et en effet…

l’avis
les huis clos sont toujours propices à des exercices scénaristiques de haut vol donnant lieu à des suspenses plus ou moins bien entretenus. on se souvient par exemple de panic room (david fincher, 2002) avec jodie foster, cette potiche inexpressive de kristen stewart et forest whitaker et aussi de phone game (joel schumacher, 2002), toujours avec forest whitaker et ce malpoli de colin farrell, démontrant assez brillamment qu’on peut créer un huis clos en plein times square. souvent dans les polars, le coupable ou le meurtrier est celui ou celle que l’on soupçonne le moins ou qui est le plus improbable. là c’est pareil, sauf que, comme dans les agatha christie ou les hercule poirot, il y a autant de coupables potentiels que de passagers dans l’avion. rien de tel que les foules pour brouiller les pistes. tout ça pour dire que je n’ai pas grand-chose à dire d’intéressant sur ce film si ce n’est que, avec ce qu’il faut d’action, de suspense, de castagne et de twist final, non-stop est un film qui se laisse regarder… à la télé.

on remarquera corey stoll dans le rôle du passager flic qui ne s’en laisse pas conter. l’acteur tient le rôle principal de the strain, la série de guillermo del toro, et des rôles plus ou moins importants dans homeland (saison 4) et house of cards (saison 1). et aussi linus roache dans le rôle du commandant de bord, que les aficionados connaissent bien en avocat dans les new york police judiciaire ou encore en extraterrestre menaçant dans mémoire effacée (joseph ruben, 2003). enfin les plus physionomistes reconnaîtront cet acteur du nom bizarre d’anson mount, qui joue le méchant de safe (boaz yakin, 2012), avec jason statham et chris sarandon et le personnage principal de hell on wheels (2011).