thor le monde des ténèbres


réal. alan taylor, scénario christopher yost, d’après l’oeuvre de jack kirby, int. chris hemsworth, natalie portman, tom hiddleston, stellan skarsgard, idris elba, christopher eccleston, adewale akinnuoye-agbaje, kat dennings. 2013, 112′. 3 pouces.

le synopsis
avant l’apparition des mondes, l’elfe noir malekith (eccleston) mena une guerre contre les asgardiens pour le contrôle de l’univers, qu’il perdit contre le père d’odin (hopkins). mais une…


… force inouïe va le ranimer et il revient aujourd’hui, au moment de la convergence des neuf mondes, assoiffé de vengence, afin d’anéantir tout l’univers. et thor (hemsworth) va avoir maille à partir comme on dit dans le monde de la moutarde.

l’avis
vous avez compris le synopsis? moi pas. lol. l’histoire, pourtant assez linéaire, prend des tournures plutôt compliquées, histoire qu’on n’accuse pas les scénaristes de simplisme. le film est assez plaisant à regarder pour les univers créés mais l’histoire n’est pas particulièrement intéressante, sauf peut-être pour les fans des aventures de thor. mais, et c’est là qu’il faut se méfier, à force, le thor tue, c’est bien connu. je sais, elle est faaaacile, celle-là, mais tant pis, il fallait que je la sorte au moins une fois. check. c’est sans doute pour cela que le film n’est pas resté longtemps à l’affiche. aussi parce que, n’étant pas humain et cool comme peut l’être un tony stark par exemple, thor n’attire pas particulièrement la sympathie ou ne suscite pas nécessairement l’empathie. mais ce n’est que mon avis.

en plus, le coup de la grosse télécommande pour empêcher l’elfe noir de détruire les 9 mondes est totalement ridicule. à noter les formes que prend loki (ce piètre dieu, dixit hulk, qui revient en force dans cet épisode) pour accompagner thor dans son affrontement sont bien rigolotes et sont autant de clins d’oeil destinés à nous rappeler que thor fait bel et bien partie des avengers, malgré la distance qui le sépare de ses amis terriens (et qu’il franchit en 2 coups de cuillère à pot). le personnage de jane foster (portman) n’est ici que faire-valoir sans grand intérêt, alors qu’il était prometteur dans le premier épisode. celui du professeur selvig (skarsgard), qui a fait un tour à l’asile parce qu’il a « un dieu dans la tête dont il doit se débarrasser », est un quart de poil de cul de grenouille plus drôle, mais sans plus.

en résumé, si vous n’êtes pas marteau (haha) de thor, vous pourrez tranquillement vous abstenir de visionner ce deuxième opus, moins intéressant que le premier.