gatsby le magnifique (3d)

Gatsby le magnifique

réal. baz luhrmann, scénario craig pearce & baz luhrmann, d'après le roman de f. scott fitzgerald, int. leonardo dicaprio, tobey maguire, carey mulligan, joel edgerton. 2013, 142'. 3,5 pouces.

le synopsis
nick carraway (maguire) quitte son midwest natal pour faire fortune à la bourse de new york. à west egg, long island, où il s'installe, il a pour voisin un…


… milliardaire du nom de jay gatsby (dicaprio) avec qui il sympathise. assistant aux fêtes somptueuses et débridées qu'organise son nouvel ami, il décide de témoigner par écrit des frasques, des amours, des trahisons et des drames qui se nouent dans cette société…

l'avis
mais qui est gatsby? d'où vient-il? et d'où vient sa fortune colossale? est-il le héros de guerre qu'il prétend être? est-il seulement allé à oxford, en angleterre. la rumeur court sur cet homme qui dépense des fortunes en fêtes gargantuesques auxquelles le tout new york se presse sans même y être invité. si gatsby est énigmatique, il est en revanche toujours très amoureux de daisy (mulligan), la cousine de nick, qu'il a rencontrée cinq ans plus tôt et qui mène une existence oisive avec son mari de sang noble tom buchanan (edgerton) de l'autre côté de la baie, à east egg, juste en face de son immense propriété. ce qui n'est pas du goût dudit tom qui, malgré son infidélité chronique, entend bien conserver son bien.

le faste, le luxe et les apparences dissimulent souvent des drames bien ordinaires et finalement très humains. au travers de cette fresque d'époque, qui pourrait d'ailleurs se dérouler à n'importe quelle autre époque, derrière cette magnificence et cette munificence, fitzgerald montre du doigt les travers d'une société avide, égoïste et profiteuse, peuplée de traîtres et de menteurs. gatsby est tellement inaccessible par sa richesse qu'il en devient une sorte de mythe vivant, suscitant par là même toutes les convoitises et les jalousies. en réalité, sans être un escroc, il est évidemment bien loin du personnage d'aristocrate mondain qu'il s'est construit. issu d'une famille pauvre, parti de rien, jimmy gatz de son vrai nom a simplement été plus malin que les autres, profitant d'une période d'euphorie et de croissance économique incroyable, obsédé par sa réussite et allant jusqu'à s'associer à des figures peu recommandables. mais voilà, tôt ou tard, ce passé douteux finit par remonter à la surface et entacher une réputation déjà fragile.

le roman était une mise en abyme puisque le narrateur écrivait lui-même un roman. le film reprend bien sûr cette structure mais traite différemment le rapport de carraway à l'écriture afin d'éviter le recours à la voix-off.

cette 6ème adaptation de ce roman célèbre mais boudé jusqu'à la mort de fitzgerald se laisse voir, même si elle est moins flamboyante et moins visuellement "créative" que d'autres films de lurhmann comme moulin rouge!.

brèves de coulisses…
on a évidemment tous en mémoire robert redford dans le rôle du milliardaire énigmatique. mais si dicaprio ne démérite pas, il est toutefois moins "viril" que son prédécesseur. dicaprio a beau prendre de la bouteille, il a toujours un air un peu gosse. carey mulligan est le double moderne de mia farrow: une femme-enfant au cheveux courts, soumise à sa passion amoureuse mais surtout à son mari. notons qu'amanda seyfried et scarlett johansson étaient pressenties pour le rôle de daisy et ben affleck pour celui de tom. la bof est très actuelle, avec des stars telles que jay z et beyoncé.