flight

Flight

réal. robert zemeckis, scénario john gatins, int. denzel washington, kelly reilly, don cheadle, bruce greenwood, john goodman, melissa leo, nadine velazquez, james badge dale. 2012, 219'. 3,5 pouces.

le synopsis
pilote chevronné mais vieillissant, whip whitaker (washington) sauve son vol d'une catastrophe due à des défaillances matérielles. mais ce jour-là, comme tous les autres jours, il était…


… ivre en montant à bord…

l'avis
le thème du film est l'autodestruction, peu importe la raison, avec une question: peut-on sortir de sa spirale?

que s'est-il réellement passé durant ce vol? le scénariste ne cache rien au spectateur et prend le parti de lui montrer les faits tels qu'ils se sont passés.

oui le commandant était beurré pendant le vol (était-ce la première fois? on apprendra un peu plus tard qu'il a un sérieux problème d'alcoolisme). oui il avait sniffé de la coke avant de prendre son service. mais cela ne l'empêchait pas d'aller bien, au point de maîtriser le (grave) problème technique de l'avion, c'est-à-dire de le poser avec un calme olympien. oui, le problème est intervenu après qu'il eut bu trois mini-bouteilles de vodka (alors qu'il avait refusé toute boisson alcoolisée aux passagers). oui, quand l'incident est survenu, c'est son copilote qui était aux commandes, alors que lui dormait.

en somme, tout semble être contre lui. et pourtant, l'accident n'est pas de son fait. et s'il est tout d'abord accueilli en héros, les questions, les doutes, les remises en question ne tarderont pas à se faire jour.

car l'atterrissage forcé a tout de même fait 6 morts, dont deux membres d'équipage. et on ne prend pas les commandes d'un avion de ligne en état d'ébriété. whitaker, qui jusque-là refusait d'admettre son problème avec l'alcool, devra regarder la réalité en face.

fera-t-il amende honorable? je ne dirai rien, même si vous m'attachez à une table, que vous enduisez mes pieds de sel et que vous dites à une chèvre de me les lécher. en même temps, avant d'arriver à cette extrémité, il vous suffira de lire quelques articles sur le film pour avoir la réponse.

le scénario est bien écrit en ceci qu'il nous fait constamment osciller entre la défense et l'accusation, le juste et l'injuste, la compassion et l'envie de punir, l'incompréhension et l'impuissance face à une spirale irrationnelle et la nécessité de réagir, notamment par des moyens répressifs. et la question est posée: faut-il punir un homme qui a un comportement répréhensible, voire dangereux, même si ce comportement n'a pas causé l'incident?

bonne petite réflexion qui prend des airs de "divertissement". à voir, donc.

brèves de coulisses…
flight s'inspire de l'histoire d'un pilote canadien du nom de robert piche, qui en 2001 avait sauvé ses 300 passagers de la catastrophe. devenu héros du jour au lendemain, il avait ensuite connu l'envers du décor de la célébrité suite à la découverte, par un journaliste, de son passé criminel. c'est le premier film américain de l'actrice anglaise kelly reilly, qui a débuté dans l'auberge espagnole (cédric klapisch, 2001) et que l'on a vue récemment dans les deux sherlock holmes de guy ritchie (2009 et 2011). dans plusieurs scènes, on voit le personnage de washington conduire en buvant des budweiser. robert mccartney, vice-président de la marque, a écrit à zemeckis pour lui demander de flouter, dans le film mais aussi sur tous les supports d'exploitation à venir, le nom sur les bouteilles, arguant que l'entreprise avait une longue histoire dans la promotion de la conduite responsable et la prévention de l'alcoolisme au volant. faux-cul, va. à noter au casting une belle brochette de stars: john goodman (toujours aussi truculent), don cheadle, bruce greenwood, melissa leo (petit rôle) ou encore tamara tunie.