vicky cristina barcelona

Vicky cristina barcelona

réal. et scénario woody allen, int. scarlett johansson, rebecca hall, javier bardem, penélope cruz, kevin dunn, patricia clarkson, chris messina. 2008, 97'. 3 pouces.

le synopsis
en séjour estival à barcelone, deux américaines – vicky (hall) et cristina (johansson) – font la connaissance d'un peintre (bardem)…


… vicky est fiancée et cristina libre…

l'avis
ce film, j'en avais tellement saucissonné le visionnage que c'en était devenu insupportable. mais ça y est, j'ai enfin réussi à le voir en entier presque sans interruptions.

vicky… est une variation sur le thème du ménage à trois, voire à quatre, sur le thème de l'amour, des sentiments, sur le questionnement à propos du partage de l'autre, avec la traditionnelle confrontation des esprits libres avec les bien-pensants, les contradictions, les doutes et les jugements qui en découlent forcément, tant pour ceux qui les vivent que pour ceux qui en sont les observateurs. il y a les classiques chassés-croisés entre des personnages qui se rencontrent, s'aiment, se ratent, s'attendent et se retrouvent. ou pas.

la troisième composante (cristina) du fameux trio constitue un "facteur équilibrant" pour un couple impossible, celui (re)formé pendant un temps par juan antonio et son ex-femme maria elena (cruz), ce qui, curieusement, est un facteur déstabilisant pour ladite composante. et puis il y a ce qu'on voit en l'autre qu'on refuse de voir en soi-même, et qui crée des envies, parfois passagères, ou qui permet de savoir ce dont on ne veut pas. et puis il y a les incontournables drames de la jalousie, les scènes de violence verbale, voire physique.

bien moins brillant que minuit à paris mais plus "intéressant" que to rome with love, vicky cristina barcelona se laisse volontiers regarder… à la télé.

brèves de coulisses…
après sa trilogie londonienne – match point (2005), scoop (2006) et le rêve de cassandre (2007) -, woody allen réalise ce film (2008) puis fait une pause dans son périple européen pour réaliser deux longs-métrages américains (whatever works, 2009, et vous allez rencontrer un sombre et bel inconnu, 2010). il le reprendra ensuite avec paris (minuit à paris, 2011) et rome (to rome with love, 2012). comme le titre l'indique (et comme l'indiquera celui des deux films suivants), la ville de barcelone est un personnage à part
entière, à l'ambiance très romantique, au même titre que les deux
principales protagonistes, même si certaines séquences ont été tournées à
oviedo et avilès, dans les asturies. le réalisateur a choisi un tandem très en vue du cinéma ibérico-international: bardemcruz, qui sont tous deux des acteurs magnifiques, même si bardem est davantage présent. d'habitude, les films d'allen s'ouvrent et se terminent sur un air de jazz. ici c'est la chanson barcelona que le groupe giulia y los tellarini chante en espagnol qui donne le ton du film: une comédie à la fois grave et légère.