inside men

Inside men

mini-série anglaise créée par tony basgallop, int. steven mackintosh, ashley walters, warren brown, nicola walker, kierston wareing. diffusée en ce moment sur canal+. 2012, 4 épisodes de 60'. 3 pouces.

le synopsis
dans un dépôt de sécurité, trois employés, dont le directeur, ont l'idée de planifier le vol de tous les billets qui transitent là avant d'être détruits. ce qui représente…


… plus d'une centaine de millions de livres sterling. c'est-à-dire rien moins que le casse du siècle.

l'avis
nouvelle série d'un format un peu particulier (4 épisodes pour la première saison, mais un poil plus longs que d'habitude), inside men est un peu lent, limite chiant, au démarrage, mais part d'une assez bonne idée (même si on l'a déjà vue au cinéma, ne serait-ce que dans le film de spike lee au titre similaire the inside man, avec clive owen et denzel washington): des hommes organisent un casse "de l'intérieur", d'où le titre.

classique, la structure narrative repose en grande partie sur le flash-back et le fil est malgré tout assez linéaire. ainsi la séquence d'ouverture du premier épisode nous montre le casse en train de se dérouler. l'un des agents de sécurité est blessé et le sang coule. les malfrats partent avec l'argent. le casse est globalement réussi. mais, comme toujours dans ces histoires, les choses ne se sont pas passées comme prévu, malgré les apparences et une organisation d'enfer, et le personnage principal (mackintosh) pourrait bien être, derrière son image d'homme peu sûr de lui, beaucoup plus redoutable qu'il n'y paraît.

entre parenthèses, à noter, dans le rôle de son épouse, nicola walker qui jouait celui de ruth dans l'excellente série, elle aussi britannique, mi-5 (spooks en vo).

la réalisation de ces deux premiers épisodes n'est, à mon sens, pas assez nerveuse et rebute un tantinet. espérons que la suite (car je m'accroche, bon, en même temps il ne reste que deux épisodes) ne sera pas trop linéaire et réservera quand même quelques surprises…