les revenants

Les revenants

série créée par fabrice gobert, scénario fabrice gobert, emmanuel carrère, int. anne consigny, frédéric pierrot, clotilde hesme, céline sallette, samir guesmi, pierre perrier, grégory gadebois, jenna thiam, swan nambotin, guillaume gouix, ana girardot. saison 1, 2012, 8 épisodes de 52'. 3,5 pouces.

le synopsis
dans une petite ville de province dominée par des montagnes et un grand barrage, plusieurs personnes, d'âge et de milieu différents, rentrent chez eux, désorientés. ils ne savent pas encore…


… qu'ils sont morts depuis plusieurs années…

l'avis
que ce soit français, ce n'est déjà pas courant, mais quand c'est de cette qualité-là, on sort carrément le champagne. canal+ n'a pas son pareil pour promouvoir, dénicher et diffuser des "séries-événements", comme ils disent, comme le fait par exemple la chaîne américaine hbo, réputée pour placer à chaque fois la barre très haut. les deux premiers épisodes ont été diffusés hier soir. il y en aura huit au total. on se réjouit de voir comment l'intrigue évolue. car ce "retour des morts-vivants" – qui, soit dit en passant, ne sont pas du tout des zombies mais sont bel et bien vivants, et dont le nombre s'accroît -, va s'accompagner de dérèglements importants qui pourraient annoncer un bouleversement majeur.

la mise en scène est classieuse mais discrète, et les acteurs sont bien castés. comme engrenages, l'ensemble (gendarmes mis à part peut-être) ne porte pas l'estampille "série française" et c'est très bien, mais ne cherche pas non plus à imiter les séries américaines et c'est tant mieux. une mention spéciale au générique, qui raconte (enfin!) une histoire, et dont la facture et la qualité sont plutôt rares par chez nous. chapeau bas pour cette création originale qui s'écarte des sempiternelles histoires de zombies et aborde le thème de la différence (et de la fin du monde?) sous un autre angle. on se réjouit de voir la suite (le lundi à 20h50 sur canal+).

à suivre. avec intérêt…

bande-annonce

 et pour en savoir encore davantage, rendez-vous ici