homeland

Homeland

série créée par alex gansa, gideon raff et howard gordon, int. claire danes, damian lewis, mandy patinkin, morena baccarin. 2 saisons dont une en production de 12 épisodes de 42 minutes chacune. 2011, 3,5 pouces.

le synopsis
un soldat américain (lewis), que tout le monde croyait mort depuis longtemps en irak, refait surface huit ans après sa disparition. agent de la cia, carrie mathison (danes) est convaincue…


… qu'il a été "retourné" et travaille pour le compte de l'ennemi à des attaques terroristes sur le sol américain…

l'avis
homeland est l'adaptation d'une série israélienne intitulée hatufim (prisoners of war). du point de vue de la tension dramatique, l'intégrisme musulman, vu à travers le prisme de l'histoire récente, contribue vite (une bonne série doit tout "poser" dès le premier épisode) à créer un climat d'angoisse, et cela quel que soit le pays où l'action se déroule. ici, ce sont les états-unis, particulièrement sensibles à tout ce qui touche à l'islam depuis 2001. on imagine assez l'impact d'une telle série en israel.

bon, je ne connais pas l'issue de la première saison, sa diffusion venant à peine de commencer sur canal+, mais les premiers épisodes laissent augurer sinon une issue du moins un développement réjouissant. homeland est une sorte de western moderne dans lequel les personnages s'observent, se tournent autour avant de dégainer leur flingue. le tout dans un climat de suspicion extrême où les enjeux sont ni plus ni moins que la survie de l'espèce, et s'inscrivant dans un contexte mondial, bien réel celui-là, de tension meurtrière dans différents pays arabes, tension que les récents événements considérés comme blasphématoires (vidéo américaine et caricatures françaises) n'ont fait qu'exacerber.

sous couvert d'agent dormant infiltré, entre stratégie d'approche d'un prisonnier et violation de vie privée, la série joue donc sur cette peur de l'ennemi, de l'étranger, de l'espion qui ourdit son complot contre son propre peuple. et c'est diablement efficace. car le soldat brody, qui n'est forcément plus tout à fait le même après huit ans de captivité loin de toutes ses valeurs occidentales, a tout de même un comportement bizarre. des caméras sont braquées sur sa famille et lui 24h/24 dans chaque recoin de sa maison, sauf dans son garage où… il va prier en récitant le coran. l'homme est-il véritablement un agent dormant ou simplement un homme brisé qui s'est converti sans être un danger pour autant?

au-delà de la suspicion, la série pose donc, une fois de plus, mais de manière insidieuse, l'éternelle question de l'apparence, ou plutôt de la différence. un homme est-il suspect parce qu'il est différent? est-il dangereux parce qu'il est d'une confession qui s'enflamme facilement? est-il condamnable par défaut parce qu'on ne le connaît pas/plus? la réponse ne peut que valider les soupçons et confirmer la peur. vous imaginez ce que deviendrait la série si le sergent en question était finalement un gentil garçon et que toute cette suspicion se révélait infondée?

autant jack bauer était un héros des années bush, un soldat qui torturait et avait raison de le faire, au moins au regard de la fiction, autant carrie mathison est une héroïne qui doute en permanence. en cela, elle représente bien les années obama, post-11 septembre, post-guantanamo, une amérique qui n'est plus aussi triomphante qu'auparavant.

chaque série que lance canal+ est une "série-événement" (sic). certaines sont mauvaises (terra nova), d'autres, plus nombreuses heureusement, tiennent toutes leurs promesses (dexter, damages, engrenages, etc.). homeland semble faire pour l'instant partie de la seconde catégorie. attendons toutefois la suite, mais il y a des signes qui ne trompent pas: la deuxième saison est déjà diffusée aux états-unis et la série a raflé de nombreux emmy awards il y a peu, loin devant celle qui remportait tout jusqu'à présent: mad men. mais mad men a déjà cinq ans et l'amérique a peut-être moins envie, aujourd'hui, de se retourner sur son passé que de regarder sinon l'avenir du moins le présent en face.