green lantern

Green lantern

réal. martin campbell, int. ryan reynolds, blake lively, peter sarsgaard, tim robbins, angela bassett, mark strong, temuera morrison. 2011, 114'. 3 pouces.

le synopsis
hal jordan (reynolds), un beau gosse branleur irresponsable mais excellent pilote de chasse, est choisi par une force cosmique pour devenir…


… une green lantern, c'est-à-dire l'un des protecteurs de l'univers.

l'avis
je sais, le synopsis prête à sourire, voire à pouffer.  il est vrai qu'il s'agit à la base d'un comics genre marvel (sauf que ce sont en l'occurrence des personnages de dc comics, son concurrent et créateur de super-héros tels que batman ou superman), donc de l'éternelle lutte du bien contre le mal, avec des personnages et des situations abracadabrantesques et forcément manichéens.

mais c'est sympa et ça fonctionne plutôt pas mal, au vu du scénario. les effets sont bien et l'ensemble n'est pas ridicule, contrairement à ce qu'on aurait pu croire. et évidemment, comme dans la planète des singes: les origines, la fin est conçue pour appeler une suite, ce qui semble être un passage obligé à hollywood de nos jours. je m'attendais à être déçu, j'avais déjà préparé quelques lignes d'une folle ironie, eh bien vous n'y aurez pas droit, car martin campbell, le réal du premier james bond nouvelle formule (casino royale), et l'armada de scénaristes ont intelligemment fouillé la psychologie des personnages et créé une certaine complexité dans leurs relations. si bien que le tout se révèle être une assez bonne surprise et c'est réjouissant.

à part ça, c'est vrai qu'il est beau gosse, ce ryan reynolds, avec son physique et ses traits parfaits. font chier, ces mecs. mais que dire de la plus que charmante blake lively qu'on avait aperçue, entre autres, dans les vies privées de pippa lee où elle interprétait le rôle de robin wright penn (pippa lee, donc) jeune?

depuis quelques années, la mode des super-héros s'intensifie, avec plus ou moins de bonheur. après green hornet, x-men: le commencement, spider-man, superman, hulk, iron man, les quatre fantastiques, wolverine, the punisher (tous sauf le frelon vert issus de l'écurie marvel) j'en passe et des meilleurs, captain america, avec un chris evans gonflé à la testostérone, sort sur les écrans le 17 août. ce qui tombe plutôt bien car l'amérique a bien besoin d'un super-héros en ce moment.

à voir si vous aimez les héros de comics avec des histoires à dormir debout…