rio

Rio

réal. carlos saldanha, int. anne hathaway, jesse eisenberg, will i.am (voix originales), laetita casta, lorànt deutsch, nikos aliagas. 2011, 90'. 3 pouces.

le synopsis
le parcours initiatique, de son pays de résidence à son pays d'origine, d'un perroquet bleu rarissime, dernier specimen mâle…


… à même de sauver sa race de l'extinction. 

l'avis
le scénario est assez classique mais on se laisse facilement embarquer dans cette histoire, angoissés comme le personnage principal à l'idée de devoir, contraints forcés, quitter une petite vie douillette pour "prendre son envol" dans les deux sens du terme. mais on ne va pas voir ce genre de films pour l'originalité de leur scénar. ce qui nous intéresse, c'est plutôt la manière dont les scénaristes vont réussir à nous intéresser avec une histoire finalement cent fois racontée. et aussi la pertinence de petits détails, comme les adjuvants, ces personnages secondaires qui viennent en aide au héros et enrichissent l'action (en général d'une bonne dose d'humour). les américains leur donnent le nom beaucoup plus terre-à-terre de sidekicks (acolytes). ils sont devenus incontournables dans les films d'animation comme dans pas mal de films d'action à caractère décalé. et la liste est longue: will i.am et jamie foxx (respectivement un gros oiseau déjanté féru de hip hop et un canari malin) dans rio, samuel jackson dans die hard 3, justin long dans die hard 4.0, rob schneider dans judge dredd, les gargouilles dans notre dame de paris, le phacochère dans le roi lion, etc., etc.

c'est devenu une habitude, je dirais même que cela fait aujourd'hui quasiment partie intégrante de toute expérience cinématographique qui se respecte, le rendu de rio est spectaculaire (surtout en 3d): les équipes du film s'en sont donné à coeur joie et ont mis un point d'honneur à illustrer l'expression "haut en couleurs". il faut dire que l'histoire et les décors s'y prêtent à merveille.

après les trois volets de l'âge de glace, robots et horton, rio est le 6ème film réalisé par les studios d'animation bluesky, qui n'avaient pas donné vie à des êtres humains depuis le premier âge de glace. la musique tient bien sûr une place importante dans le film puisque la b.o. est truffée de chansons interprétées par jamie foxx, will i.am, qui prêtent également leur voix à des personnages du film, mais aussi taio cruz et esther dean, ou des pointures de la musique brésilienne comme sergio mendes ou john powell. pour l'anecdote, le film a donné naissance au jeu vidéo angry birds qui fait un tabac, notamment sur ipad (et auquel, bien sûr, je n'arrête pas de jouer).

entre aventures extravagantes et histoires d'amour parallèles (le perroquet et sa maîtresse), ce film est un bon divertissement plein de bruit et de rebondissements.