inception

Inception
réal. & scénario christopher nolan, int. leonardo di caprio, marion cotillard, ken watanabe, ellen page, michael caine, tom berenger. 2010, 148'. 4 pouces

le synopsis
dom cobb (di caprio) est un spécialiste de l'extraction: il extirpe des informations dans le subconscient des gens, là où ils sont le plus vulnérables, c'est-à-dire pendant leur sommeil. une spécialité très recherchée dans l'espionnage industriel. mais cobb est aussi…

… traqué dans le monde entier et a perdu tout ce qui lui est cher. or un industriel lui confie une mission inédite qui pourrait lui permettre de retrouver sa vie d'avant: implanter une idée dans l'esprit d'un concurrent. en d'autres termes réaliser une "inception"…

l'avis
entre action et science-fiction, inception est un film fantastique. dans tous les sens du terme. nolan a mis dix ans à peaufiner un scénario qui ne devait servir au départ qu'un petit film noir. mais le bébé, tout comme l'idée que son héros implante dans l'esprit d'un homme, a grandi au fil du temps, au point de prendre des proportions dantesques. résultat: 190 millions de dollars de budget (qui se voient bien à l'écran) et un final cut rarissime pour ce réalisateur devenu en quelques films de ceux que hollywood s'arrache. cette plongée abyssale dans le subconscient de l'être humain, on met un moment, tout d'abord à la comprendre, puis à s'en remettre, tant les strates du scénario (brillant au demeurant) sont multiples: romantico-dramatique, à travers l'histoire du héros qui a perdu l'amour de sa vie (sa relation passée avec cette femme et les circonstances de sa disparition sont d'ailleurs les clés du personnage) qui revient parasiter son travail dans chaque rêve dans lequel il s'introduit; science-fictionnel, à travers les mécanismes et les outils grâce auxquels il s'introduit dans la tête des gens; mais surtout, bien sûr, onirique, permettant au réalisateur de laisser libre cours à sa créativité dans la représentation des différents univers mentaux. certains y verront un parallèle intelligent (conscient ou pas) avec le processus de création d'un film. un commanditaire (le producteur) mandate un extracteur de haut vol (le réalisateur) pour implanter une idée dans l'esprit d'un individu (le spectateur). pour mener sa mission à bien, le réalisateur s'adjoint les services d'une équipe, un comédien, un régisseur, une décoratrice, etc. cette entrée dans l'inconnu pour le héros lui permettra, en cas de succès, de régler un problème personnel. fabriqué de toutes pièces en trois niveaux, le rêve autorise des effets visuels littéralement scotchants, même si certains évoquent directement matrix. à noter que, contrairement à ce qu'on pourrait croire, les plans comportant des effets spéciaux ne sont qu'au nombre de 400, soit 5 fois moins que la moyenne pour un film de ce type. la complexité de cette histoire à tiroirs suppose une lecture simultanée à plusieurs niveaux dont il est quasi impossible de capter toutes les subtilités en une seule fois. plusieurs visionnages seront donc à prévoir,  une "corvée" à laquelle je me soumettrai avec plaisir, tant il est rare d'être le témoin d'un cinéma aussi jubilatoire.

brèves de coulisses
"inception" signifie "commencement, début" et désigne dans le film le processus par lequel une idée (implantée dans l'esprit d'un individu) va grandir comme un virus, voire comme un cancer. petit clin d'oeil qui vous échappera sûrement à la première vision: le personnage d'ellen page s'appelle ariane.

de memento (2000) à batman the dark knight (2008), en passant par insomnia (2002), batman begins (2005) et le prestige (2006), christopher nolan s'est définitivement imposé comme un tout grand réalisateur. il est en ce moment en production du troisième volet de batman ainsi que de la deuxième aventure de superman. son frère, le scénariste jonathan nolan, qui avait travaillé sur memento, a également collaboré avec steven spielberg sur interstellar (2009), terminator renaissance (2009) et sur les deux prochains films de christopher. c'est la quatrième collaboration de nolan avec michael caine (batman begins, the prestige, the dark knight), la troisième avec cillian murphy (batman begins, the dark knight) et la seconde avec ken watanabe (batman begins)