toy story 3

Toy story 3

réal. lee unkrich, scénario michael arndt, int. tom hanks, tim allen, joan cusack, ned beatty, michael keaton. 100', 2010. 4 pouces

le synopsis
andy a grandi, il s'apprête à partir pour l'université. un malentendu envoie les jouets de son enfance dans une crèche où tous les dangers les attendent…

l'avis
vaaaaaaaachement bien. contrairement à shrek 4, les créateurs de la saga toy storyjohn lasseter en tête, l'un des fondateurs de pixar animations studio – ont su maintenir le cap de ce qui a fait son succès: humour, sensibilité et… humanité. une fois encore, l'histoire nous touche et fait mouche parce qu'elle fait vibrer des cordes universelles: le…

… souvenir d'enfance, la déchirure de la croissance ou encore la peur de l'abandon. les scénaristes jettent un regard d'une extraordinaire tendresse sur des héros tantôt naïfs (ce sont des jouets après tout), tantôt humains (bien plus que les humains eux-mêmes), mais toujours purs. deux moments forts, l'un d'une grande drôlerie (la réinitialisation de buzz), l'autre d'une grande émotion (la transmission des jouets à bonnie), ponctuent ce film à courir voir de toute urgence, de préférence en 3d.

les coulisses
le film regorge de clins d'oeil pour initiés (que je n'ai évidemment pas vus) tels que certaines voitures de cars, sid, le méchant du premier épisode, des piles de buy n large, la société au centre de wall-e, une carte postale de carl et ellie fredricksen, le couple de là-haut, boo, la petite fille de monstres & cie… dans cet opus, il y a les habitués, mais il y a aussi des nouveaux, comme lots-o' (touplein dans la version sous-titrée), gros ours en peluche rose qui sent la fraise, ken, l'amie de barbie (interprété par michael keaton), le hérisson-acteur mr. pricklepants (labrosse en français, interprété par l'acteur shakespearien et ex-james bond timothy dalton), ou des personnages plus secondaires comme buttercup la licorne, stretch la pieuvre ou encore peas-in-a-pod, les trois petits pois, mais qui viennent enrichir le "bestiaire". un absent, le pingouin siffleur siffly, à qui l'acteur joe ranft (disparu en 2005 dans un accident de voiture) prêtait sa voix. cet épisode a bien failli se faire sans pixar. les relations entre le studio et disney étaient en effet très tendues au moment de la mise en chantier du film, et disney possède par contrat le droit de créer, avec ou sans pixar, des suites avec les personnages de la saga. mais le projet, et c'est tant mieux, a été abandonné (il était question que woody soit envoyé à taiwan pour réparation) et les tensions ont pris fin avec le rachat, en 2006, de pixar animations studio par disney. les sous-titres français (pour la suisse romande) ont été réalisés par mon amie traductrice nabila belmehdi (non crédité, et c'est pas cool, à la fin du générique).