iron man 2

Iron man 2
réal. jon favreau, scénario justin theroux, d'après les personnages créés par don heck, jack kirby et larry lieber, d'après l'oeuvre de stan lee, int. robert downey jr., gwyneth paltrow, scarlett johansson, don cheadle, sam rockwell, mickey rourke, samuel l. jackson, jon favreau, john slattery. 2010, 117'. 3 pouces

le synopsis
le monde entier sait à présent que tony stark (downey jr.) et iron man ne font qu'un. le gouvernement fait pression sur le milliardaire pour qu'il partage sa technologie avec l'armée mais stark refuse, craignant qu'elle ne tombe en de mauvaises mains. aidé…

… de son pote rhodes (cheadle) et de sa fidèle pepper potts (paltrow), il va affronter un nouveau méchant.

l'avis
généralement, les suites sont affublées d'un scénar faiblard et donnent dans la surenchère d'effets spéciaux, précisément pour masquer une idée de base molle du genou. dans le cas d'iron man 2, la suite ne tombe pas dans ce piège et, du coup, elle est loin d'être mauvaise. comme dans tout bon comics marvel, le manichéisme est de rigueur (je serai le maître du monde, niahahahaha!!! je ne te laisserai pas faire, tiens, prends ça, méchant!!! pow pow bang bang) et les personnages sont taillés à la serpe. cela dit, on n'a pas le temps de s'ennuyer et les 2 heures de projection passent comme une lettre à la poste (quand elle n'est pas en grève, that is…). un très bon divertissement qui repose l'éternelle question (déjà dans spider-man et en fait dans tous les comics): quand on a de grands pouvoirs, on a de grandes responsabilités (c'est pas une question? ah bon). je sais, ça n'a rien à voir, mais les grands dirigeants de certaines banques suisses eussent été bien inspirés de s'inspirer.

les coulisses en bref
downey
est égal à lui-même, parfaitement à l'aise dans la peau du milliardaire génial, bordélique et capricieux, et on retrouve avec plaisir une paltrow aussi craquante que dans le premier épisode. est-ce parce qu'elle porte des louboutin vertigineuses dans une scène sur deux? sont-ce ses jambes interminables? ou est-ce simplement le talent de l'actrice à camper une femme à la vie compliquée: ultra-compétente en assistante personnelle de son patron mais ultra-maladroite lorsqu'il s'agit d'exprimer ses sentiments pour lui?

si rourke (mais où ai-je vu ce look? ah mais oui, suis-je bête: dans wrestler!) et rockwell sont excellents, on se demande par contre ce que johansson et jackson (avec son bandeau façon moshe dayan) viennent faire là, à part juste venir grossir les rangs d'un casting 5 étoiles (ah, on me dit en régie que jackson a failli ne pas reprendre son rôle nick fury pour cause de désaccord avec la prod'. je n'avais aucun souvenir de lui dans le premier opus, mais ok, si vous le dites).

on notera au passage la présence au générique de john slattery qui fait une apparition dans le rôle du père de stark. cet acteur né en 62 et originaire de boston, à la célèbre chevelure blanche, a joué le mari gabrielle solis (alias eva longoria) dans desperate housewives et le patron de don draper (alias jon hamm) dans mad men

les scènes du grand prix de monaco ont réellement été tournées dans la principauté…

mickey rourke, qui incarne ivan vanko et son double maléfique whiplash, est allé visiter une prison russe pour préparer son rôle. or, dans la bd, vanko et whiplash sont deux personnages totalement différents…

don cheadle remplace terrence (oui avec deux "r") howard dans le rôle de rhodes, suite à un désaccord entre l'acteur et la production (je veux 40 patates ou je me tire!! eh ben tire-toi…)…

al pacino était pressenti pour interpréter le rôle de justin hammer, finalement attribué à sam rockwell, lui-même pressenti au départ pour incarner tony stark

c'est downey lui-même qui a proposé à favreau d'engager le scénariste justin theroux, auteur de tonnerre sous les tropiques de ben stiller