the ghost writer

Ghost writer

réal. roman polanski, scénario adapté du roman de robert harris, int. ewan mcgregor, pierce brosnan, kim cattrall, olivia williams, timothy hutton, tom wilkinson, james belushi, eli 2008, wallach. 108'. 2,5 pouces

le synopsis
un nègre à succès (mcgregor) est engagé pour achever l'autobio d'adam lang (brosnan), ancien premier ministre britannique, en remplacement du précédent, mort dans de mystérieuses circonstances. mais il y a des secrets…

… qu'il vaut mieux ne jamais mettre au jour…

l'avis
sans être une daube, ce film n'a pas grand intérêt. le rythme est si lent qu'on se "réveille" presque au bout d'une heure et demie de projection pour se demander quand ils vont en venir au fait. toujours égaux à eux-mêmes, les acteurs font ce qu'ils peuvent: à noter les présences de kim cattrall, qui fait dans la sobriété mais dont on peine à regarder autre chose que le cul et les jambes, tant on peine à voir en elle autre chose que samantha, son personnage sex and ze cityesque nymphomane, d'olivia williams, épouse de bruce willis dans 6ème sens, et du grand eli wallach, qui fait une très courte apparition. cela dit, the ghost writer aurait sans aucun doute gagné en intérêt si la parano s'était invitée dans l'histoire, que la conspiration avait été plus énorme ou que l'écriture de certains personnages avait été mieux ciselée. au final, c'est un peu mou du genou, encensé par une critique sans doute borgne ou soucieuse de soutenir un réalisateur en perte de vitesse ennuyé par la justice. on a vu meilleur polanski. much ado about nothing…