star trek

Star trek
réal. j. j. abrams, scénario roberto orci et alex kurtzman, int. chris pine, zachary quinto, simon pegg, eric bana, winona ryder, ben cross, bruce greenwood, jennifer morrison, leonard nimoy. 2009, 128'. 3,5 pouces.

le synopsis
menés par leur redoutable chef nero (bana), les romulans reviennent se venger des vulcains et menacent de détruire toutes les planètes de la fédération, à commencer par la terre.

l'avis
moi qui n'ai jamais été très star trek, je dois dire que là, j'ai été bluffé. est-ce dû à la patte très "lostienne" ou "cloverfieldoise" de j. j. abrams, à sa manière très "hip" de filmer, caméra…

… à l'épaule, qui donne tant de réalisme à l'action? est-ce dû au fait qu'il a scrupuleusement respecté l'univers star trek (les costumes très "pyjamas" des personnages ont été modernisés juste ce qu'il faut pour que personne ne soit ridicule, les dialogues sont technos à souhait et les acteurs, impeccables, ressemblent à s'y méprendre aux originaux) mais a su donner à l'ensemble un look acceptable par un oeil contemporain? sans aucun doute les deux. genèse de la saga, ce film est un mélange subtil de scènes d'action très maîtrisées (certaines – comme la chute du trio sur la plateforme – devraient couper le souffle à n'importe quel spectateur blasé) et d'humour/clin d'oeil savamment dosé. abrams fait d'une pierre deux coups: offrir de la substance aux personnages en leur donnant une histoire, et dépoussiérer un mythe de la science-fiction. en tout cas les aficionados-inconditionnels-du-star-trek-ya-qu'ça-de-vrai-faut-pas-me-parler-de-la-guerre-des-étoiles-c'est-nul qui ont empli la salle hier soir avaient l'air de mon avis…

les coulisses
abrams a déclaré: "aussi fascinants soient-ils, les vaisseaux ne seront jamais aussi importants que leurs équipages. si l'action et l'aventure sont palpitants, c'est parce que vous vous prenez d'affection pour les personnages. vous voudriez faire partie de l'équipage de l'enterprise, être à bord avec eux, explorer les galaxies lointaines et vivre des aventures extraordinaires. vous faire voyager: telle a toujours été notre véritable mission." voilà une excellente manière d'aborder un scénario. et en l'occurrence, ça se ressent à l'écran. le film a été tourné en grande partie hors studio dans le sud de la californie: par exemple une usine de bière (pour une salle de machines) ou le parking de stade de base-ball (pour une planète de glace). les scénaristes ont regardé les 79 épisodes de la série originale, les films et les spin-offs pour s'assurer qu'il n'y aurait aucun anachronisme. cerise sur le gâteau, la présence de leonard nimoy (lien avec la série), qui avait pourtant dit qu'il ne jouerait plus jamais dans un film star trek. après mission impossible 3, star trek est le deuxième long de jeffrey jacob abrams, né le 27 juin 1966 à new york, par ailleurs créateur de nombreuses séries, comme alias et lost, et producteur notamment de cloverfield. les studios paramount étudient déjà la mise en chantier d'une suite, réalisée par abrams, en cas de succès de ce premier volet. à prendre au conditionnel, bien sûr, mais connaissant les américains et l'exploitation extensive qu'ils font de tout bon filon, il y a fort à parier qu'elle verra le jour dans un avenir proche.