babylon a.d.

Babylon_ad_2 réal. mathieu kassovitz, scénario mathieu kassovitz et éric besnard, d'après le roman de maurice dantec babylon babies (1999), int. vin diesel, mélanie thierry, michelle yeoh, lambert wilson, charlotte rampling, gérard depardieu. 2008, 101'. 3 pouces 1/2

le synopsis
mercenaire ayant survécu à toutes les guerres, à tous les conflits qui ravagent la planète depuis le début du xxième siècle, hugo cornelius toorop (diesel) se voit confier par gorsky (depardieu), chef d'une mafia russe qui règne désormais sur l'europe de l'est, et pour le compte d'une toute-puissante organisation religieuse américaine, la mission de ramener de russie à new york une mystérieuse jeune femme prénommée aurora (thierry). mais aurora est loin d'être une fille ordinaire…

l'avis
disons-le tout net, maurice dantec est chlagué et son univers avec. et on adore ça. car sans ce chlaguage en règle, son oeuvre n'aurait pas l'aura sulfuro-effrayo-post-apocalyptique qu'on lui connaît. donc, vas-y maurice, surtout t'arrête pas. adapter maurice dantec à l'écran, chapeau, maximum respect. ça tombe bien, j'en ai plein pour kassovitz. ce type a du talent à revendre et il le prouve encore une fois avec son nouveau film. il a d'ailleurs déclaré avoir lu le livre en 2002 en une ou deux nuits (ça aussi, chapeau!) et s'être dit que ça ferait un bon film… de 6 heures et pour 500 millions d'euros! bien ficelé, entre science…

… et fiction futuriste, le propos n'est autre ici que le renouvellement d'une race humaine vieillissante et décidément imparfaite, sur fond de fanatisme religieux qui ne dit pas son nom. je n'ai pas lu le livre mais le monde dépeint dans le film ressemble à s'y méprendre au monde selon dantec: total glauque, sans espoir (apparent), impitoyable et irrémédiable. mission accomplie, mister kasso.

les coulisses
né le 18 juillet 67 à new york, mark vincent, mais ça le faisait moins que vin diesel, a commencé sa carrière en réalisant un court-métrage (multi-facial, 1994) puis un premier long remarqué (strays, 1997) présenté à sundance, le festival fondé et présidé par robert redford. steven spielberg le contacte pour lui proposer un rôle dans il faut sauver le soldat ryan en 1998. et paf, sa carrière est lancée. il prête sa voix inimitable au géant de fer (brad bird, 1999), atterrit dans pitch black, puis roule vite dans fast and furious qui fait de lui une star internationale bankable et donc incontournable pour les rôles physiques. suivront, entre 2000 et aujourd'hui, notamment son rôle d'anti-james bond dans xxx, un polar – un homme à part – deux comédies, baby-sittor et jugez-moi coupable, et le retour du personnage animal et nyctalope qui l'a révélé au monde entier dans pitch black, richard riddick, dans les chroniques de riddick.

né également en 1967, mais le 3 avril et à paris, mathieu kassovitz a, depuis le début de sa carrière, porté toutes les casquettes: acteur, réalisateur, producteur, monteur, scénariste. depuis ses tout débuts en 1978 dans l'un des films de son père peter (au bout du bout du banc), depuis son premier court-métrage (fierrot le pou, 1990) et son premier long (métisse, 1993), il n'a pas arrêté, tantôt comme acteur, tantôt comme réalisateur, tantôt comme… tout le reste. il crée l'événement avec la haine (1995) qui remporte le prix de la mise en scène à cannes et lui vaut trois césar, dont celui du meilleur film. l'année suivante, il retrouve jacques audiard, avec qui il avait tourné regarde les hommes tomber, aux côtés de jean-louis trintignant, pour un héros très discret (1996). puis il donne la réplique à michel serrault dans assassin(s) et fait une apparition dans le cinquième élément de luc besson (1997). en 2000 il réalise les rivières pourpres et joue dans le fabuleux destin d'amélie poulain de jean-pierre jeunet. en 2002, il tient la vedette de amen (costa gavras) et apparaît aux côtés de nicole kidman dans birthday girl. l'année suivante, il met un pied à hollywood en réalisant avec gothika, un thriller fantastique avec, excusez du peu, une halle berry fraîchement oscarisée et joel silver comme producteur (matrix notamment). après avoir déclaré qu'il se retirait du métier d'acteur pour se consacrer à la mise en scène et qu'il lui faudrait rien moins qu'un spielberg pour le décider à rejouer, il est contacté par spielberg himself qui le prend au mot et lui offre le rôle d'un agent du mossad dans munich (2005).

née le 17 juillet 1981 à saint-germain-en-laye, dans la banlieue parisienne, mélanie thierry se fait connaître du grand public en 1999 dans son rôle d'esmeralda dans quasimodo d'el paris (patrick timsit). elle s'illustre ensuite dans deux séries télé (fête de famille et merci, les enfants vont bien) en 2005 et sur les planches en 2006. l'année suivante, elle fait parler d'elle dans la presse people en étant la compagne du chanteur raphaël, et tourne chrysalis aux côtés d'albert dupontel.

il existe deux montages différents pour la fin de babylon a.d., la fox ayant le final cut pour le marché américain et kassovitz conservant son privilège du montage final pour l'europe. le réalisateur avait lancé un concours original dans le cadre de la promo de son film: créer de fausses pubs dénonçant la consommation à outrance. le prix: voir sa fausse pub apparaître dans une scène du film et son nom crédité au générique du film. le tournage du film prévoyait 8 à 10 jours à prague début 2007 pour des scènes enneigées. mais prague a connu cette année-là son hiver le plus chaud depuis deux siècles! si bien que des acteurs comme charlotte rampling ont dû rentrer chez eux avant d'être rappelés quand l'équipe aurait trouvé un endroit approprié. et quand le tournage a enfin pu démarrer en avril, c'est un autre tournage qui est venu pousser l'équipe vers la sortie: narnia, prince caspian. c'est une vieille connaissance de kassovitz, doudou masta, apparu dans métisse et la haine, qui interprète la voix française de vin diesel. kassovitz n'aimant pas trop le "babies" du titre original, il a appelé son adaptation "a.d." pour "anno domini" ("après jésus-christ"), qui signifie "l'ère de babylone" (la ville de tous les péchés). en plus, ça lui permettait de créer un beau logo b.a.d. babylon a.d. est la deuxième adaptation cinéma d'une oeuvre de maurice dantec, après la sirène rouge (olivier megaton), avec jean-marc barr et asia argento (2002).