bienvenue chez les ch’tis

Chtis

 

 

 

 

réal. dany boon, int. kad merad, dany boon, zoé félix. 2007, 106′. 3 pouces.

le synopsis
philippe abrams (merad) est directeur de poste dans le sud de la france. pour faire plaisir à sa femme dépressive (félix), il fraude pour être muté sur la côte d’azur. mais il est démasqué et muté à bergues, dans le nord-pas-de-calais. bourré de préjugés sur le nord, il débarque sans sa femme, découvre un endroit charmant et trouve un ami en la personne de son employé, antoine (boon).

l’avis
voilà un film sympa mais qui, franchement, ne vaut pas tout le tintouin qu’on en a fait. les personnages et les préjugés sont croqués à trop grands traits pour être vrais. j’adore dany boon et sa comédie…

…  se veut authentique et pleine de bons sentiments. c’est probablement là sa principale qualité autant que son principal défaut. ce film est certes sans prétention, il est à l’image de son réalisateur-scénariste: simple, sincère et sympa. c’est d’ailleurs ce qui lui vaut le troisième pouce dans le classement. mais la caricature (les préjugés des gens du sud, la gentillesse des ch’tis, etc.), même si elle existe, est brossée à trop grands traits pour être véritablement crédible. et si elle vise à faire rire, c’est un peu raté. du coup, par contraste, les grands sentiments font presque passer le film pour gentillet. on rit, mais beaucoup moins qu’à la première vision des visiteurs ou de l’astérix de chabat. la mayonnaise ne prend pas tout à fait et c’est dommage. ça n’empêche pas le film de pulvériser tous les records d’entrée de ces dernières années en france (va-t-il battre les mythiques 17 millions de la grande vadrouille?), allez savoir pourquoi. par effet de mode? parce que c’est dany boon? pourtant, son précédent film avait fait un semi-flop. parce que c’est le « bon moment »? les producteurs de maroille sont contents car leurs ventes ont pris l’ascenseur (ils ont d’ailleurs publiquement remercié boon). tant mieux pour eux, mais nous, en attendant, on ressort de la salle un poil déçu quand même…

les coulisses
ch’ti était le surnom donné aux soldats du nord-pas-de-calais. le ch’ti devient populaire lors de la guerre 14-18. c’est aussi le patois parlé par les habitants du nord de la france, mélange de français et de flamand, avec une prononciation bien particulière. un patois autrement appelé le picard. pour la sortie du film, une chaîne spéciale a été créée – ch’tiNN, eul chaîne qui perd pas l’nord – et peut être consultée ici. s’il joue beaucoup, dany boon (de son vrai nom daniel hamidou) n’a réalisé qu’un film avant celui-ci, la maison du bonheur. kad merad n’était pas du tout le choix de dany boon pour le rôle principal. zoé félix a été la compagne de gérard darmon dans le coeur des hommes. line renaud (mère de boon dans le film), autrefois surnommée « la lady d’armentières », ville natale de boon, s’est entraînée à parler ch’ti et a déclaré à ce dernier « c’est drôle, je me suis battue pendant des années pour perdre cet accent et tu me demandes de le retrouver. » dany boon voulait auditionner 200 figurants de la ville de bergues, il en a vu plus de 1’000!