transperceneige

Transperceneige

réal. bong joon ho, scénario bong joon ho, kelly masterson, d'après la bande dessinée de jacques lob, jean-marc rochette et benjamin legrand, int. chris evans, tilda swinton, john hurt, jamie bell, ewen bremner, song kang-ho, octavia spencer, ed harris, allison pill. 2013, 125'. 3 pouces.

le synopsis
alors que la terre est retournée à l'ère glaciaire, un homme a construit un…


… énorme train qui, sur son parcours perpétuel autour de la planète, brise les glaces pour avancer et abrite les survivants en les divisant selon leur classe sociale.

l'avis
en 2014, voulant lutter contre le réchauffement climatique, l'homme a la fausse bonne idée de répandre dans la stratosphère un produit qui, pense-t-il, ramènera l'équilibre sur terre. malheureusement, le produit a l'effet inverse et une nouvelle ère glaciaire se répand sur la planète, détruisant toute forme de vie.

anticipant la catastrophe, un génie du nom de wilford a construit un train, le transperceneige, sorte d'arche de noé moderne. à ceci près que les animaux sont ici des hommes, et que le train est très hiérarchisé. en tête, l'aristocratie, au milieu, des wagons assurant l'approvisonnement en nourriture, en queue, les pauvres. des wagons militarisés assurent la sécurité des plus riches. le schéma bien connu des classes sociales est perpétué, avec leur cortège de frustrations, d'exploitation et de révolutions fomentées, avortées ou réprimées.

l'action se passe 17 ans après l'apocalypse. 17 ans durant lesquels les occupants de la queue du train ont eu tout le temps de se rebeller, de se résigner ou de… faire des enfants, tout en survivant à l'aide d'une "nourriture" faite exclusivement de pains noirs gélatineux contenant des protéines et distribuée par les riches. ces hommes et ces femmes sont maltraités par des milices, qui les compte comme du bétail, et ne songent qu'à une chose: prendre le contrôle du train.

transperceneige est l'adaptation d'une bande dessinée créée par deux français en 1982-83 et dont les épisodes ont été publiés de 1984 à 2000. métaphore de l'histoire du monde et des hommes depuis la nuit des temps réunis en un microcosme, l'histoire s'appuie sur des grands thèmes de la science-fiction post-apocalyptique tels que la terre dévastée, l'environnement impitoyable, l'humanité condamnée à s'entre-dévorer pour survivre, l'arche, et surtout le héros qui amène le soulèvement et remet les compteurs à zéro. mad max se déroulait sur une planète devenue étouffante, transperceneige se passe sur une terre où la température est tombée si bas qu'il ne suffit que de quelques secondes pour y mourir gelé. autre environnement, même discours, ici max, là curtis. les héros sont toujours les mêmes. impitoyables et déterminés, même si leur motivation n'est pas toujours très claire.

intéressant, pas nouveau mais intéressant du point de vue du… point de vue justement. un assez bon moment avec un final dont on se demande comment les derniers survivants vont bien pouvoir faire pour s'en tirer.

brèves de coulisses…
la bd originale a été publiée en 3 tomes qui vont être réunis à l'occasion de la sortie du film. la production avait besoin de studios très longs pour abriter un décor d'une longueur exceptionnelle. le film a donc été tourné en république tchèque, dans les studios barrandov, les plus longs d'europe. totalisant 120 tonnes, les wagons servant de décor étaient montés sur un système reproduisant à l'identique les mouvements d'un train, y compris dans les virages. à noter le défi que représente une mise en scène dans un lieu confiné et que relève les doigts dans le nez le réalisateur coréen, littéralement obsédé (selon ses propres mots) par les trains. le film a été tournée en pellicule, bong joon ho étant très attaché à la sensation et au grain de ce support. c'est d'ailleurs le dernier film tourné par un coréen en pellicule car les laboratoires de développement n'existant plus en corée, les réal coréens vont devoir tous se tourner vers le numérique.